Genève: Voleurs d'horodateurs sous les verrous
Actualisé

GenèveVoleurs d'horodateurs sous les verrous

La police genevoise a arrêté cinq personnes dans deux opérations distinctes, mardi et jeudi. Les malfrats pillaient les parcmètres de la ville.

Le pillage des horodateurs semble le sport à la mode, à Genève. Alors qu'une bande était jugée toute la semaine pour avoir récolté plus de 40'000 fr. en fracturant les parcmètres, en parallèle, cinq personnes ont été arrêtées pour des faits similaires.

Mardi après-midi, une patrouille observait le comportement jugé suspect de deux hommes de 27 et 29 ans. Les deux compères cheminaient à proximité du Pont de Carouge, transportant avec eux un sac qui paraissait particulièrement lourd. Les gendarmes ont décidé de procéder à un contrôle, alors que les deux individus s'étaient débarrassés de leur cabas. L'engagement d'un chien policier a permis de récupérer le sac.

A l'intérieur, les agents ont retrouvé une caissette d'horodateur remplie de monnaie, ainsi qu'un gros tournevis. Après enquête, il s'avère que la caisse appartient à la Fondation des Parkings. Elle contenait près de 800 fr. et quelques euros. Elle avait été volée la nuit précédente, à la rue des Battoirs. Confrontés à ces éléments, les suspects ont nié les faits. Ils ont été placés à la disposition de la justice.

Deuxième cas similaire

Rebelote jeudi. Dans la nuit, des inspecteurs de la police judiciaire observent le manège de deux hommes et une femme, âgés de 25 à 36 ans. L'un d'entre eux a rapidement pu être identifié comme s'étant déjà adonné au pillage d'horodateur par le passé, rapporte un communiqué. Les agents ont donc décidé de suivre le trio. A vélo, la bande a écumé les parcmètres du centre-ville, prélevant à chaque fois un butin.

La police a décidé de les arrêter le lendemain matin, dans leur chambre d'hôtel de la route de Chancy. Lors de la perquisition du véhicule des prévenus, deux sacs en plastique remplis de plusieurs kilos de monnaie ont été retrouvés. Le montant total doit encore être déterminé. Interpellés, les malfrats ont partiellement reconnu les faits.

(20 minutes)

Ton opinion