10.08.2019 à 13:24

MMAVolkan Oezdemir se sent sûr de lui

Le Fribourgeois affiche son optimisme avant son combat de dimanche à Montevideo, en Uruguay, contre le Suédois Ilir Latifi.

de
Propos recueillis par Blaise Craviolini
Volkan Oezdemir se sent bien avant son combat au Paraguay.

Volkan Oezdemir se sent bien avant son combat au Paraguay.

Keystone

À quelques heures de remonter dans l'octogone de l'UFC et d'affronter à Montevideo, en Uruguay, le Suédois d'origine albanaise Ilir Latifi (36 ans), Volkan Oezdemir nous a accordé un entretien téléphonique. Le combat - important - du Fribourgeois de 29 ans est programmé dans la nuit de samedi à dimanche.

Volkan, comment s'est passée votre préparation?

J'éprouvais le besoin de revoir les bases, les fondamentaux, tout en peaufinant mon style et ma technique qui ont beaucoup évolué depuis le début de ma carrière. Je me suis donc rendu pendant un mois en Thaïlande avec le Néerlandais Alistair Overeem, une ancienne star de la discipline. C'est lui qui m'a donné goût à ce sport. C'était parfait! Une sorte de retour aux sources rafraîchissant, si j'ose dire.

Ce combat contre Ilir Latifi était d'abord agendé par l'UFC en juin à Stockholm, en Suède, puis au tout début août à Newark, dans le New Jersey. Le voilà maintenant en Uruguay... Pourquoi ces changements?

Pour Stockholm, mon adversaire s'était blessé au dos le jeudi soir, juste avant la pesée. Le combat avait donc été annulé, faute de pouvoir trouver un remplaçant dans les délais impartis. Pour les Etats-Unis, c'était différent. J'ai été prévenu avec anticipation que mon combat ne pourrait pas avoir lieu (ndlr: en raison d'un problème de justice à la suite d'une altercation dans un bar). Nous nous sommes entendus avec Ilir pour le repousser d'une semaine en Uruguay.

«Voir enfin un combat à une heure décente»

Pour la deuxième fois seulement depuis qu'il est au sein de l'UFC, Volkan Oezdemir va combattre en Europe. De quoi ravir ses fans du Vieux Continent et surtout de Suisse.

C'est perturbant, non?

Pas vraiment. Il faut voir le bon côté des choses: ça m'a laissé plus de temps pour la perte de poids. L'important, c'est que maintenant, je me sens bien et en forme. Ces changements n'ont pas affecté ma préparation.

Vous restez sur trois défaites consécutives, tout comme votre adversaire d'ailleurs. Vous n'avez plus le droit à l'erreur?

Je ne suis pas un sportif qui ressent trop la pression. Mais c'est vrai que ce combat est important. Je retrouve enfin un contradicteur qui, sur le papier, est largement à ma portée. Sur mes trois dernières sorties, il faut dire que j'ai affronté deux adversaires «monstrueux» qui ont - depuis - confirmé toute leur valeur. Quant à ma troisième défaite, elle a été concédée dans la controverse.

Un petit mot sur votre adversaire?

Ilir Latifi est très dangereux. Il appartient au Top-10 de la division depuis de nombreuses années. Mais il présente quelques failles, notamment au niveau du mental et de la pression. Je suis très optimiste sur mes chances de succès.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!