Football: Von Bergen et YB ont l'Europe dans le viseur
Actualisé

FootballVon Bergen et YB ont l'Europe dans le viseur

En recrutant le Neuchâtelois en défense et Uli Forte comme entraîneur, les Bernois se sont donné les moyens de leurs ambitions.

par
Timothée Guillemin
L'international helvétique (35 sélections) est de retour en Suisse après huit saisons à l'étranger.

L'international helvétique (35 sélections) est de retour en Suisse après huit saisons à l'étranger.

Les Young Boys veulent revenir sur le devant de la scène. Après une saison 2012-2013 catastrophique, ponctuée par une très décevante septième place, le club de la capitale vise, au minimum, un retour dans les places européennes.

Pour ce faire, les Bernois ont fait quelques efforts au niveau du recrutement. La première arrivée a été celle d'Uli Forte, débauché à la surprise géné­rale du côté de Grasshoppers.

Le nouvel entraîneur doit amener cette rigueur qui a tant manqué l'an dernier, entre les hésitations de Martin Rueda et l'intérim de Bernard Challandes, qui savait depuis le début qu'il ne serait pas conservé. Uli Forte et son autorité naturelle doivent ramener de l'ordre dans le vestiaire, où Steve von Bergen s'est déjà imposé comme un leader. Le Neuchâtelois de 30 ans, revenu d'une expérience enrichissante à l'étranger (Hertha Berlin, Cesena, Palerme), sait ce qui l'attend au Stade de ¬Suisse: «On veut jouer le haut du tableau, c'est clair. J'ai choisi YB au feeling, parce que je sens qu'il y a un coup à jouer ici. Et le fait que le club m'ait proposé un contrat de cinq ans a joué un rôle dans cette décision.» La preuve qu'YB mise sur la stabilité, après une saison chaotique.

Les autres transferts? Milan Gajic (FCZ), Renato Steffen (Thoune) et le Japonais Kubo Yuya, très en vue en préparation, notamment face au Slavia Prague.

Uli Forte, entraîneur d’YB.

Qu’attendez-vous de la saison à venir?

Une amélioration par rapport à la précédente, clairement. YB doit jouer l’Europe, c’est une obligation. Cela faisait dix ans que ce club jouait l’Europe chaque année. Là, pour la première fois, ce ne sera pas le cas. Nous devons y remédier.

Pensez-vous pouvoir rivaliser avec le FC Bâle pour la première place?

Non, je me refuse à y penser. Après une saison comme celle qu’YB vient de vivre, il faut déjà penser à revenir dans le haut du tableau. Une place dans les quatre premiers est une obligation.

Attendez-vous encore le renfort de quelques joueurs?

Oui, nous y travaillons. Nous recherchons en priorité un numéro 10 et j’espère pouvoir bientôt annoncer sa venue. Michael Frey (ndlr: 19 ans la semaine prochaine) est un grand talent, qui peut jouer en pointe comme en 10, mais il est encore trop jeune pour assumer ce statut à lui tout seul.

Ton opinion