«Vorace», une poésie noire
Actualisé

«Vorace», une poésie noire

ROMAN – Boulimie, anorexie et sexualité débridée comme tentative de réponse aux angoisses de l'époque.

Journaliste spécialisée en théâtre, en littérature et en cinéma, collaborant à plusieurs journaux suisses, l'auteure, originaire de Lausanne, nous donne ici un premier roman audacieux, encore que parfaitement maîtrisé. Son récit fait penser à certains textes érotiques de Georges Bataille «où la chair et l'absolu se disputent le corps des femmes».

L'héroïne, Clara Grand, 27 ans, est boulimique. En revanche, Frédéric, son compagnon du même âge, est anorexique... Enfin, c'est ce que qu'elle croit!

«Vorace», écrit à la première personne du féminin, raconte l'histoire étrange de ce couple: l'un maigrit et s'étiole, tandis que l'autre, qui n'a jamais accepté son corps de femme, dévore. Clara est écartelée entre une sexualité insatisfaite, un dégoût grandissant pour ses formes abondantes et une soif de pureté absolue: elle va jusqu'à avaler des poignées d'hosties sans pour autant apaiser ce qui la détruit. Ce tourment la pousse dans les bras d'hommes de rencontre qui la laissent cependant inassouvie. Retour à la case départ. Lucide, pourtant, elle s'exclame: «Presque toujours, quand j'ai trop bouffé, je me fais vomir. Quand je me sens sale, je me fais jouir. Et Dieu me regarde.»

Un récit original et attachant, nourri de moments forts qui exhalent «une poésie noire» et qu'on dévore!

(ap)

Anne-Sylvie Sprenger, «Vorace», Fayard, déjà disponible.

Anne-Sylvie Sprenger, «Vorace», Fayard, déjà disponible.

Ton opinion