Fête nationale: Vos photos du 1er août
Actualisé

Fête nationaleVos photos du 1er août

Découvrez les plus belles images du 1er août, vues par nos lecteurs, aussi bien à Lausanne qu'à Neuchâtel, Monthey ou Martigny.

par
cbx

A la montagne, au bord des lacs, sur la prairie du Grütli ou à la ferme...Les Suisses ont oublié les soucis économiques l'espace d'un week-end prolongé pour célébrer la Fête nationale. Musique et discours en série ont rythmé les festivités. La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey a appelé les citoyens à la solidarité en cette période difficile.

La Fête nationale est désormais aussi fréquemment célébrée le 31 juillet déjà. C'est le cas par exemple à Bâle, où le traditionnel feu d'artifice sur le Rhin a attiré près de 120'000 personnes. Un millier de pièces pyrotechniques ont été allumées depuis des bateaux sur le fleuve.

Les conseillers fédéraux ont multiplié les apparitions. Outre les traditionnels discours, le brunch à la ferme - qui a rassemblé au total près de 200'000 personnes cette année - est devenu un passage quasi obligé pour les conseillers fédéraux. Didier Burkhalter était invité dans une exploitation de la Brévine, Johann Schneider-Ammann à Charrat (VS), Doris Leuthard à Varone (VS) et Ueli Maurer à Bärau (BE).

Micheline Calmy-Rey a commencé sa tournée par un brunch dans une fromagerie à Gesseney (BE), avant de filer sur la prairie du Grütli, puis de prononcer son discours du 1er août à Moudon. Dans son allocution, la présidente de la Confédération a insisté sur la nécessité pour la Suisse de cultiver les valeurs de solidarité et d'ouverture en ces temps difficiles. Elle a cité en exemple l'équipe de football suisse des espoirs, récente finaliste de l'Eurofoot des M21, incarnation d'une «Suisse ouverte, une Suisse qui réussit, justement parce qu'elle est tolérante et qu'elle a l'esprit d'équipe».

Acheter suisse

Acheter en Suisse, autant que possible. Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann a invité chacun à «agir en patriote» dans sa première allocution de la Fête nationale prononcée dimanche à Langenthal, soulignant que l'industrie d'exportation se trouvait dans la situation la plus difficile depuis la fin des années 70. Ce secteur, ainsi que l'hôtellerie et le tourisme vont au-devant de quelques années «particulièrement difficiles».

La conseillère fédérale Doris Leuthard s'est aussi montrée réaliste. «Nous devons nous préparer à vivre une longue période où la croissance fléchira», a-t-elle averti. Se refermer sur soi-même n'est pas la solution. Selon elle, le développement de la Suisse doit aussi à l'arrivée d'étrangers. «Vouloir supprimer la libre circulation des personnes, voire la renégocier, va à l'encontre du bien du pays». Mais les employeurs doivent en user avec modération.

A quelques mètres de la frontière allemande, à Stein am Rhein (TG), la ministre de la justice Simonetta Sommaruga s'est exprimée sur le thème «La frontière, véritable lieu de la rencontre». La peur est parfois mauvaise conseillère, par exemple s'agissant des relations avec l'UE. La Suisse n'est pas indépendante des décisions prises à l'étranger.

Dans son discours aux Jeunes-Rives à Neuchâtel, le ministre de l'intérieur Didier Burkhalter a rappelé la devise de la Suisse: «un pour tous, tous pour un». Les Suisses ont la chance de vivre libres, mais cette liberté est indissociable de la responsabilité. La tendance à l'individualisme est une menace, comme la propension au «zapping». Pour les politiciens, la responsabilité consiste par exemple à terminer l'assainissement de l'AI pour garantir les rentes et à assurer l'avenir de l'AVS. Il faut préférer l'efficacité au spectaculaire. Paraphrasant Denis de Rougemont, Didier Burkhalter a invité les citoyens à se demander «que puis-je faire?» et non pas seulement «que va-t-il arriver?».

Il faut parfois avoir le courage de dire non, a martelé de son côté dimanche le conseiller fédéral Ueli Maurer à Wildhaus (SG). Selon lui, il est important de discuter des problèmes liés par exemple à l'immigration incontrôlée. La Suisse doit aussi savoir se montrer ferme dans ses négociations avec l'Union européenne.

Brioches socialistes

Le 1er août est aussi l'occasion pour les partis de se profiler, avec des initiatives originales. Le Parti socialiste, par exemple, a distribué gratuitement des petits pains du 1er août en 50 endroits de Suisse, «Parce que la fête nationale est une fête pour tous, sans privilèges!». Le président du PS Christian Levrat a appelé de ses voeux une économie qui se mette au service de l'humain et à lutter contre l'isolement du pays.

Président du PDC, Christophe Darbellay a souligné les dangers de la polarisation. Il faut se méfier des politiques qui ne font que pointer des problèmes, sans apporter de solutions. Le président du PLR Fulvio Pelli a défendu les vertus stabilisatrices de la concordance. A ses yeux, l'exception helvétique a encore de l'avenir.

Feux à Martigny (VS)

Feux à Monthey (VS)

Autres feux

Devenez lecteur reporter

2020, ou pour les clients Orange au 079 375 87 39 (70 centimes par MMS). Ou alors envoyez-les par e-mail à: .

Vous pouvez aussi nous les faire parvenir via nos applications iPhone et Android.

Si votre image est publiée dans notre journal, vous pouvez toucher jusqu'à 100 francs.

Ton opinion