Vos questions au jardinier: bien associer les plantes de son potager
Actualisé

Vos questions au jardinier: bien associer les plantes de son potager

«Qu'apporte au potager une association de cultures alors que cela complique le travail du jardinier?» Rémy, Lausanne

par
Jean-Pierre Masclet

Nous semons et plantons ce qui nous plaît, ce que nous aimerions récolter ou voir fleurir, en oubliant que toutes les plantes ne se supportent pas. Certaines variétés produisent, par leurs fruits ou leurs racines, des gaz ou des acides que les autres ne supportent pas. La faculté germinative de ces dernières peut en pâtir.

Attirés par certaines espèces, les pucerons peuvent également perturber les plantes voisines et gêner leur croissance. Par ailleurs, de nombreux micro-organismes du sol, qui se multiplient rapidement en présence de certaines plantes, peuvent avoir une influence négative sur d'autres.

Afin d'éviter que les plantes se nuisent mutuellement et d'utiliser au contraire leur influence positive, il faut une bonne rotation et des voisinages adéquats. Les semis et les plantations doivent être associées de façon optimale. De nombreuses plantes du jardin s'entendent très bien, ont une influence bénéfique les unes sur les autres et peuvent se protéger mutuellement contre les ravageurs. Les carottes et les tomates en font partie.

- L'oeillet d'inde n'apporte pas seulement de jolies touches de couleur: au pied des arbres, il éloigne également les nématodes des racines et prévient la fatigue du sol.

- Les oignons sont incontournables car ils éloignent la mouche de la carotte, mais ils offrent également une certaine protection contre les maladies tels que le mildiou et la pourriture.

- Le chou profite de l'association avec les tomates ou le céleri. La piéride du chou n'aime pas l'odeur de ces deux légumes; on évite ainsi qu'elle ponde des œufs sur le chou pommé, le chou rouge, le chou-fleur et le chou-rave.

Ton opinion