Brésil: Vote dimanche sur la destitution de Rousseff
Actualisé

BrésilVote dimanche sur la destitution de Rousseff

C'est dimanche que les députés voteront pour ou contre la destitution de la présidente.

1 / 131
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

La chambre des députés du Brésil se prononcera dimanche, en séance plénière, sur la destitution de la présidente Dilma Rousseff pour maquillage présumé des comptes publics, a annoncé mardi la présidence de cette assemblée.

«Le vote commencera dimanche à 14H00 (19H00 en Suisse) et le résultat devrait être connu en fin de soirée», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la chambre basse. L'opposition de droite devra réussir à mobiliser deux tiers des votes des députés (342 sur 513) pour que la procédure se poursuive au Sénat, faute de quoi elle serait définitivement enterrée.

Les débats commenceront vendredi matin par la présentation des arguments de l'accusation et de la défense.

25 partis se prononcent

Viendra ensuite le tour des 25 partis représentés dans cette assemblée qui disposeront d'une heure chacun pour faire connaître leur position en faveur ou contre l'impeachment.

Une commission parlementaire a recommandé lundi la destitution de Dilma Rousseff par 38 voix contre 27.

Les débats marathon du week-end reprendront samedi matin avec les discours individuels des députés qui auront trois minutes maximum chacun.

Enfin, le vote aura lieu dimanche. Chaque député sera appelé par son nom et devra se lever pour aller annoncer son vote au micro.

Manifestations dimanche

La journée de dimanche s'annonce particulièrement tendue avec des milliers de manifestants des deux camps qui seront rassemblés devant le Congrès.

Si la procédure franchit ce cap, le Sénat devra approuver ou non à la majorité simple la mise en accusation de la présidente, qui serait alors écartée du pouvoir pendant un délai maximum de 180 jours, en attendant un vote définitif sur sa destitution nécessitant les deux tiers des suffrages des sénateurs.

C'est son vice-président Michel Temer qui serait appelé à la remplacer.

Dilma Rousseff a pris ses fonctions pour son second mandat présidentiel le 1er janvier 2015. Il doit se terminer le 1er janvier 2019. (nxp/afp)

Un parti allié de Rousseff votera pour sa destitution

Le Parti progressiste, jusqu'à présent allié de Dilma Rousseff, a décidé de claquer la porte de la coalition gouvernementale et a annoncé que la majorité de ses 47 députés voteraient en faveur de la destitution de la présidente du Brésil. «Le parti a quitté la majorité», a déclaré mardi à l'AFP une porte-parole de cette formation à quelques jours du vote décisif des députés.

Le camp présidentiel avait déjà été lâché fin mars par son principal allié, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), passé à l'opposition.

(NewsXpress)

Ton opinion