06.11.2020 à 10:48

VoileVous aussi, prenez le départ du Vendée Globe

Grâce à Virtual Regatta, tout un chacun peut se rêver en navigateur solitaire au grand large. En cette année de Vendée Globe, le jeu bat des records.

von
Florian Müller
Votre bateau virtuel, personnalisable à volonté, est prêt à larguer les amarres sur les pontons des Sables d’Olonne. 

Vous avez toujours rêvé de naviguer dans les mers démontées du grand Sud, mais vous souffrez du mal de mer? Aucun souci: grâce à Virtual Regatta, vous pouvez affronter les quarantièmes rugissants depuis votre canapé.

Aux dernières nouvelles, ils sont plus de 170’000 à s’élancer au départ du Vendée Globe. Il y a bien sûr les 33 skippers, depuis le chenal des Sables d’Olonne, mais également les centaines de milliers de marins virtuels.

Le principe est simple – et gratuit, il vous suffit de créer un bateau virtuel sur la plateforme. Vous disposerez d’un crédit- attention, là ça peut devenir payant selon votre appétit – pour équiper votre Imoca de 60 pieds. A choix, des voiles plus performantes, des winches de pro, voire même des foils – le must, en 2020.

Ensuite, tout est affaire de compromis. Entre le cap, soit le chemin le plus court, et la vitesse, en fonction de la direction et de l’intensité du vent. C’est assez vite addictif, et il s’agit de faire le point au moins quotidiennement si vous ne voulez pas finir la proue plantée sur les côtes mexicaines – expérience faite.

Affrontez les meilleurs

En ces temps de confinement généralisé, la concurrence promet d’être plus rude que jamais. D’abord parce que le jeu se révèle particulièrement accessible, même sans notion vélique, ensuite parce que certains des meilleurs marins de la planète seront de la partie.

Parmi eux, Loïck Peyron, deuxième lors de la première édition du Vendée Globe en 1990, avant de connaître deux abandons (1992-93 et 2008-09). Le Français est un amateur averti, comme il l’a confié à France Télévision: «Oui, je prends la mer dimanche pour un énième départ du Vendée Globe virtuel. A défaut de faire la course en vrai! Le virtuel a cela de bon: c’est moins humide!»

Peyron a découvert le jeu pour la première fois en 2008, après avoir dû abandonner la «vraie» course. «J’ai été en tête durant les trois premières semaines et j’ai démâté au large des îles Kerguelen, explique-t-il. Je suis rentré en France et là, frustré d’une défaite réelle, j’ai continué virtuellement. Repartant au large de là où j’avais démâté. J’ai fini la course derrière mon écran.»

Des pointures virtuelles

Au petit jeu du tour du monde virtuel, les meilleurs ne sont pas forcément les plus expérimentés en mer. A l’instar de l’Australien Matt Johnson, détenteur du record virtuel de l’épreuve en 72 jours, 2 heures, 23 minutes et 10 secondes. Soit quelques deux jours de mieux que le vrai record, propriété d’Armel Le Cléac’h, établi en 2017.

A vos amarres, départ dimanche à 13 heures 02.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

OpenCH

06.11.2020 à 12:06

Gratuit 😂😂😂 Si vous désirez un pédalo c’est en effet gratuit. Pour un bateau équipé ... c’est pas gratuit Mais tans pis, je me lance quand même et souhaite bon vent à notre Roger Federer de la navigation Alan Roura sur La Fabrique. Bonne chance à vous Alan