Actualisé 22.01.2014 à 07:36

Montreux«Vous avez vu la rue? On se croirait dans un bunker»

Des commerçants font grise mine: leurs magasins sont situés dans le périmètre ultrasécurisé délimité pour la conférence sur la Syrie.

de
Marine Guillain, Montreux
Les agents des forces de l'ordre mobilisés pour la conférence Genève-2.

Les agents des forces de l'ordre mobilisés pour la conférence Genève-2.

Devant le Montreux Palace et le Centre des Congrès, les grilles et les barricades ont remplacé les cabanons du marché de Noël. Le temps est maussade, les rues sont désertes. Seule exception: les agents des forces de l'ordre mobilisés pour la conférence Genève-2.

«Nous n'aurons aucun client ces prochains jours, déplore Sandra Kalas, employée au salon de coiffure du Palace. Beaucoup de personnes ont appelé ce matin, nous avons dû refuser tous les rendez-vous.» L'établissement reste néanmoins ouvert, dans l'espoir d'obtenir un dédommagement.

Juste à côté, la pharmacie n'est pas mieux lotie. «Notre clientèle n'a pas accès à notre magasin, alors si quelqu'un a vraiment besoin d'un médicament, nous le lui apporterons à l'extérieur du périmètre», nous informe-t-on. Plus loin, d'autres commerçants désespèrent. Le concept store Lady Lake se trouve juste en dehors de la zone rouge. Mais une première barricade et des policiers placés juste devant la boutique filtrent le passage. «On a été surpris ce matin lorsqu'on a vu les barrières. Elles étaient prévues 100 m plus loin, donc on a un peu les boules, là», s'énerve le responsable.

L'agence de voyage voisine se dit moins touchée par ces désagréments: «Comme nous travaillons surtout par téléphone, ça ne change pas grand-chose pour nous, relève une employée. Mais vous avez vu la rue? C'est mort, on se croirait dans un bunker.» Quelques rares touristes se promènent sur les quais, aussi fermés en partie. «Je n'ai jamais vu les rues désertes à ce point, s'étonne un Montreusien. On dirait que c'est la fin du monde!»

«Ils fonctionnent bien le reste de l’année»

«Il n’y aura pas de dédommagement pour les magasins touchés, indique Laurent Wehrli, syndic de Montreux. Je comprends leurs inquiétudes, mais ils n’ont pas choisi l’emplacement du Palace par hasard. Ils fonctionnent bien le reste de l’année, lors des événements qui ramènent du monde. Je ne pense pas que ces trois jours soient dramatiques pour leur chiffre d’affaire. Un milieu de semaine en janvier est de toute façon une période creuse pour eux. Si certains ont vraiment des problèmes, ils pourront bien sûr venir me voir», rassure le syndic.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!