Publié

États-Unis«Vous pouvez m'arrêter, je l'ai tuée»

Une étudiante de 21 ans a écopé lundi d'une peine de 20 ans de prison pour avoir poignardé une trentaine de fois sa colocataire et meilleure amie, en janvier dernier.

par
joc

Une Américaine de 21 ans a été condamnée lundi à 20 ans de prison pour avoir poignardé sa meilleure amie plus de 30 fois, le 24 janvier dernier. Luisa Cutting avait plaidé coupable du meurtre au second degré d'Alexa Cannon, une étudiante en psychologie avec qui elle partageait un appartement, près de l'Université de Radford (Virginie).

«Il n'y a pas de mots pour cette tragédie et mon coeur est rempli de chagrin et de peine. Je suis tellement désolée», a déclaré la prévenue avant la lecture du verdict.

Le jour de la mort d'Alexa, un voisin avait entendu des cris aux alentours de 7h45 et avait appelé la police, rappelle le «Roanoke Times». En arrivant à l'appartement qu'occupaient les deux jeunes femmes, les forces de l'ordre avaient été accueillies par Luisa. Tout de suite, l'étudiante avait avoué avoir tué sa colocataire: «Vous pouvez m'arrêter, je l'ai tuée», avait-elle lancé aux policiers. Au commissariat, la jeune femme n'avait pas vraiment expliqué son geste et avait tenu des propos bizarres et incohérents. Elle avait notamment assuré avoir «consommé de la cocaïne avec le diable».

Luisa avait encore raconté aux enquêteurs que le soir et le matin précédant le drame, elle avait pris toutes sortes de substances, allant de la cocaïne au tabac, en passant par du Xanax, de la marijuana, des champignons hallucinogènes ou encore de l'alcool. Elle s'était encore lancée dans une tirade sur l'apocalypse et s'était mise à prier en espagnol. La jeune femme avait été incarcérée, mais son comportement était tellement étrange qu'il avait fallu l'interner.

Encore aujourd'hui, le mobile de Luisa reste flou. Si l'on en croit leurs publications sur les réseaux sociaux, les deux étudiantes étaient très liées. Un peu moins d'un an avant sa mort, la victime avait annoncé sur Instagram qu'elle s'apprêtait à vivre en colocation avec sa meilleure amie. «Nous allons vivre ensemble l'année prochaine. Je t'aime Lu et tout le monde, priez pour que l'on ne s'entre-tue pas cette année», avait-elle écrit sur le ton de l'humour, sans se douter de la terrible prémonition de cette phrase.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!