Genève: Voyage à Abu Dhabi: «La liste s'allonge»
Actualisé

GenèveVoyage à Abu Dhabi: «La liste s'allonge»

Le magistrat PDC Guillaume Barazzone a effectué un voyage à Abu Dhabi en novembre 2017. Une enquête pénale a été ouverte pour comprendre les circonstances de ce voyage.

par
lfe/mpo/leo
Le conseiller national lors du Grand Prix dAbu Dhabi 2017.

Le conseiller national lors du Grand Prix dAbu Dhabi 2017.

Governement of Dubai Media Office

Le séjour à Abu Dhabi de Guillaume Barazzone, conseiller administratif de la Ville de Genève et élu PDC au Conseil national, est à son tour dans le viseur de la justice, ont révélé la «Tribune de Genève» et le «Temps». Olivier Jornot, procureur général, a ouvert de son propre chef une procédure concernant les vacances du conseiller administratif. Ce dernier est appelé à donner des renseignements par écrit sur le voyage et son financement, la procédure étant dirigée contre inconnu. «Le procureur général a ouvert une procédure du chef d'acceptation d'un avantage», a indiqué le porte-parole du pouvoir judiciaire, Henri Della Casa. Guillaume Barazzone a affirmé qu'il collaborerait «pleinement» et transmettra «toutes les pièces et explications au Ministère public qui démontreront qu'il s'agit bien d'un voyage privé et que mes déclarations publiques sont conformes à la vérité.» Une attitude saluée par le PDC Genève.

Des doutes

«On ressent au sein de la population un besoin de transparence, souligne Uzma Khamis Vannini, cheffe de groupe des Verts au Conseil municipal. A titre personnel, je regrette que le magistrat ait tardé à répondre alors que des questions sur les voyage lui avaient été posées plusieurs fois.»

La cheffe de groupe socialiste Albane Schlechten parle en son nom et juge que «nos institutions ont tout à gagner à ce que les élus soient transparents. Il vaut mieux en dire trop que pas assez. Mais je ne veux pas le blâmer à ce stade.» Pour son homologue UDC Pierre Scherb, «la confiance est ébranlée. Mais nous ne demanderons par la démission de M. Barazzone.»Daniel Sormani, du MCG, attend que «toute la lumière soit faite sur cette affaire, y compris pour M. Maudet. La liste commence à s'allonger. Qu'ont-ils tous à aller là-bas?» Hélène Ecuyer, d'Ensemble à Gauche, juge aussi l'enquête nécessaire: «il y a des doutes. Le seul moyen de les lever et de calmer les choses est de mener l'enquête.»

La cheffe de groupe PLR Patricia Richard rappelle quant à elle le principe de présomption d'innocence. «Je pars du principe que jusqu'à preuve du contraire, Guillaume Barazzone est innocent. Il l'a dit au conseil municipal. Pour notre groupe, à notre connaissance, il n'y a pas de crime. Laissons la justice faire son travail.»

Invité par un ami

Il y a une semaine, Guillaume Barazzone déclarait au Conseil municipal qu'il était parti à titre privé, invité par un ami, Hugo Linares. Ce trentenaire d'origine espagnole réside à Abu Dhabi et ses contacts avec le conseiller administratif n'ont jamais été en lien avec les affaires de la Ville, selon le magistrat. Mardi, plusieurs médias révélaient pourtant une vidéo le montrant en compagnie d'officiels. Mardi soir, Guillaume Barazzone a répété à «20 minutes» qu'il avait été invité au Grand Prix à titre privé.

Ton opinion