guide pratique: Voyager hors de Suisse: ce sera souvent masqué

Publié

guide pratiqueVoyager hors de Suisse: ce sera souvent masqué

Les frontières se rouvrent peu à peu aux touristes. La plupart des pays sont par contre plus stricts que la Suisse en termes sanitaires.

par
Yannick Weber
Quarantaine, masques, dates d’ouverture des frontières: chaque pays européen est autonome. La Suisse fait partie des plus souples.

Quarantaine, masques, dates d’ouverture des frontières: chaque pays européen est autonome. La Suisse fait partie des plus souples.

AFP

Alors que Suisse Tourisme diffuse sa publicité sur les télévisions nationales, flattant le sentiment patriotique avec un «besoin de Suisse», certains habitants du pays n’en perdent pas moins leur besoin d’ailleurs. Le monde entier se presse pour sauver la saison touristique estivale, mais chaque pays y va à sa sauce, bien que l’Union européenne cherche à se coordonner. Frontières ouvertes ou fermées? Quarantaine volontaire, obligatoire, facultative? Port du masque dans les transports? Monuments ouverts avec ou sans restrictions, ou complètement fermés? C’est la jungle: tous veulent attirer les voyageurs sans mettre en péril le contrôle de la pandémie. C’est surtout l’incertitude: aujourd’hui, tout semble évoluer vers des assouplissements toujours plus larges. Mais tous les pays l’ont dit: les règles peuvent évoluer au gré de la situation sanitaire.

L’Europe cherche l’union

La date que tout le monte retient est celle du 15 juin. Ce jour là, plusieurs frontières s’ouvriront aux touristes. Mais certains pays ont déjà pris les devants. Ainsi, l’Italie laisse tout résident en Suisse rentrer sur son territoire depuis la semaine dernière, ce qui n’est d’ailleurs pas réciproque. La Suisse poursuit ses contrôles aux frontières jusqu’au 15 juin, et le tourisme d’achat reste interdit jusque là. Ensuite, la situation doit se normaliser et, comme tant d’autres, l’Italie espère tirer son épingle du jeu de la chasse au touriste européen.

L’Autriche a également déjà ouvert sa frontière avec la Suisse. Le pays ne lésine d’ailleurs pas sur la publicité et a bien compris qu’il avait le potentiel de séduire des Suisses qui veulent passer leurs vacances à la montagne: les sites internet regorgent de «Pauschal» (forfaits), notamment dans le Tyrol, pour faire venir les Helvètes à moindre prix. En ce qui concerne le masque, le pays a été l’un des premiers à généraliser son port. Mais l’obligation doit être assouplie dès la mi-juin. Pour les touristes, à moins d’aller se faire refaire la frange chez le coiffeur, le seul moment où il faudra se couvrir le visage sera dans les transports publics.

Traverser l’Espagne

Théoriquement, le Portugal autorise déjà les entrées sur son territoire. Le hic, pour l’heure, c’est que le nombre de vols qui y atterrissent est faible, et s’y rendre par la route implique de traverser l’Espagne, qui, elle, est fermée (seuls les Portugais et ceux qui possèdent une résidence au Portugal sont autorisés à la traverser, pour autant qu’ils ne s’y arrêtent pas.) Mais dès la reprise des vols à une plus grande fréquence (dès le 15 juin pour la plupart des compagnies), l’entrée sera possible plus aisément, au prix d’une prise de température dans les aéroports. Les plages viennent d’ouvrir et une distance de 1,5 mètre (3 mètres entre les parasols) est à respecter.

L’Espagne, lourdement touchée par la pandémie, fait pour l’heure partie des pays les plus réfractaires à une réouverture. Actuellement, les personnes qui entrent en Espagne doivent se mettre en quarantaine. Et le pays semble ne pas souhaiter rouvrir sa frontière aux touristes avant le 1er juillet. Mais une fois qu’elle le sera, le gouvernement dit espérer voir les visiteurs affluer, mais dans une entière sécurité. Le port du masque y est toujours obligatoire dès que la distance sociale (ici, 1,5 mètre) ne peut pas être respectée, tant dans les lieux publics en extérieur qu’à l’intérieur. Cette règle s’appliquera bien sûr à tous les touristes et le non-respect peut entraîner une amende de 100 euros.

Paris et Berlin oui, Londres non

La France et l’Allemagne seront accessibles sans problème dès le 15 juin. L’Hexagone s’est dit favorable à la réouverture de sa frontière, souhaitant que cela soit coordonné avec l’UE. Les Suisses pourront visiter Paris ou aller bronzer à la mer de façon libre. Pour l’heure, par contre, l’obligation du port du masque est encore la norme dans la plupart des lieux publics et aucune date n’a encore été avancée pour un assouplissement de ce côté là. Les voyageurs qui entrent en France en train se voient déjà rappeler de se dissimuler le nez et la bouche une fois la frontière franchie. Quant à l’Allemagne, le port obligatoire reste également la norme, mais fédéralisme oblige, chaque Land aura loisir de l’assouplir quand il le jugera opportun.

Le pays le plus strict, au niveau du continent européen, est sans conteste le Royaume-Uni. Les touristes peuvent tirer un trait sur un week-end à Londres ou sur une traversée des Highlands écossais, à moins d’être prêt à passer 14 jours en isolement avant de pouvoir mettre le nez dehors. Le pays vient de mettre en place sa quarantaine obligatoire, et des contrôles seront menés pour s’assurer que chaque personne la respecte, sous peine d’amendes pouvant se monter à 1’000 livres.

Voyageurs masqués

Le secteur aérien est impatient de reprendre son envol. Les compagnies ont annoncé que leur programme va recommencer à s’étoffer dès la mi-juin. Avions et aéroports vont donc se remplir probablement assez rapidement. Les aéroports édictent leurs propres règles, les compagnies aussi. Parmi ces dernières, la plupart rendent le port du masque obligatoire, comme Easy Jet. Swiss, dans la droite ligne de la politique qui a cours dans le pays, le rend «fortement recommandé». Idem pour l’Aéroport de Genève, qui n’édicte pas d’obligation formelle. Distances quand c’est possible, marquages au sol, les passagers ne devraient pas être trop dépaysés par rapport à ce qui est en vigueur dans la rue et les commerces.

Ton opinion

144 commentaires