Actualisé

Second LifeVrai divorce après des infidélités virtuelles

Une Britannique a engagé une procédure de divorce à cause des infidélités de son mari sur Second Life, ont rapporté les médias britanniques vendredi.

Le couple s'était rencontré sur internet et leurs avatars étaient également en couple dans le monde virtuel Second Life, qui compte plus de quinze millions d'utilisateurs et sa propre monnaie.

La jeune femme, âgée de 28 ans avait rencontré son futur mari, de douze ans son aîné, en mai 2003 et s'est installée chez lui en Cornouailles six mois plus tard. Les avatars des deux mordus de Second Life - des versions plus jeunes et beaucoup plus minces que les vrais époux - étaient aussi en couple dans le monde virtuel.

Prostituée virtuelle

Mais un jour après une sieste, elle a eu le cœur brisé en découvrant le personnage de son époux en pleine action avec une prostituée virtuelle sur Second Life.

«Je suis devenue folle, j'étais tellement blessée. Je ne pouvais pas croire ce qu'il avait fait», a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision Sky News. De son côté «il ne voyait pas le problème et ne comprenait pas pourquoi j'étais si mécontente».

Détective virtuelle

Le couple s'est finalement réconcilié, s'est marié en juillet 2005 pour de vrai et a organisé un fastueux mariage virtuel sur Second Life. Mais la jeune femme, qui continuait à avoir des doutes sur la fidélité de son mari, a engagé une détective virtuelle pour le tester.

Divorce réel

Puis, elle a surpris l'avatar de son mari «en train de faire un câlin à une femme sur un canapé». «Cela avait l'air vraiment tendre», a-t-elle observé. Le jour suivant, elle a entamé une procédure de divorce qui doit être prononcé la semaine prochaine.

La jeune femme a reconnu avoir été déprimée pour un temps mais elle a depuis rencontré un autre homme... en jouant au jeu de rôle World Of Warcraft. Quant à son époux, il s'est fiancé à son amante virtuelle américaine qu'il n'a jamais rencontrée, selon le «Daily Telegraph». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!