23.10.2020 à 17:54

CyclismeVuelta: Bennett vainqueur au sprint, Roglic toujours leader

Sam Bennett a remporté au sprint la 4e étape du Tour d’Espagne vendredi entre Garray et Ejea de los Caballeros. Primoz Roglic garde son maillot rouge de leader.

Sam Bennett s’impose pour la troisième fois de sa carrière sur la Vuelta. 

Sam Bennett s’impose pour la troisième fois de sa carrière sur la Vuelta.

KEYSTONE

Nouveau succès irlandais: après Dan Martin jeudi, Sam Bennett a remporté au sprint la 4e étape du Tour d’Espagne vendredi entre Garray et Ejea de los Caballeros (nord-est), à l’issue de laquelle le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a conservé son maillot rouge de leader.

Après trois premières étapes vallonnées, la quatrième, disputée en Aragon sur un parcours plat de 191 km, était promise aux sprinteurs. Sam Bennett, 30 ans, n’a pas laissé passer l’occasion pour s’offrir la troisième victoire de sa carrière sur la Vuelta.

Il a devancé le Belge Jasper Philipsen (UAE) et l’Italien Jakub Mareczko (CCC). L’un des autres favoris pour le sprint, l’Allemand Pascal Ackermann (Bora) a fini juste derrière le trio (4e).

Bennett le plus fort au sprint

La course a été animée par une échappée dès le premier kilomètre. Quatre coureurs, le Britannique Harry Tanfield (AG2R La Mondiale), les Espagnols Luis Angel Mate (Cofidis) et Jesus Ezquerra (Burgos-BH), et le Sud-Africain Willem Smit (Burgos-BH), ont compté jusqu’à quatre minutes d’avance.

Les quatre hommes ont été repris dans les quinze derniers kilomètres. La formation Deceuninck a alors pris les choses en main à deux kilomètres du terme pour placer idéalement Sam Bennett en vue du sprint. Jasper Philipsen a lancé les hostilités de loin mais c’est Bennett qui a finalement passé la ligne en tête.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

PetiteReine-Fiction

23.10.2020 à 19:51

Journée d’automne comme je les aime. L’été s’endort paisiblement, cédant à de douces journées ensoleillées. Sans la moindre résistance à l’appel de la nature, délaissant toutes tâches ménagères, me voilà partie sur mon cher vélo, à flirter avec les bonnes odeurs de l’automne, notamment celle des pommiers croulant sous les fruits. Malgré quelques dénivelés, faciles pour les pros, difficiles pour les débutants, moyens pour moi, je tombe vite sous le charme de dame Nature et de l’environnement qui m’émerveille comme au premier jour de mon arrivée dans la région. J’ai les yeux partout… sauf là où je devrais, si bien que je me retrouve à musarder au beau milieu de la route. Quelques klaxons me rappellent à l’ordre. Je m’arrête pour observer deux lézards qui ont l’air de s’amuser comme des petits fous. Je repars, guillerette, j’aime la brise dans mes cheveux, j’ai envie de plein air, de chemins déserts et de silence. Soudainement, un platane ... inévitablement, je me prends une grosse prune.