Economie ralentie: Wall Street finit dans le rouge
Actualisé

Economie ralentieWall Street finit dans le rouge

Les valeurs américaines ont fini en nette baisse mardi. Les investisseurs s'interrogent sur la croissance aux Etats-Unis et craignent de voir le pays perdre sa note triple A malgré le vote au Congrès du compromis sur le relèvement du plafond de la dette.

Le Dow Jones a perdu 2,19% chutant sous 12'000 points, et le Nasdaq 2,75%. Selon des chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a lâché 265,87 points à 11'866,62 points, son plus bas niveau de clôture depuis la mi-mars. Le vénérable indice a enregistré sa huitième de séance de repli consécutive, ce qui n'était pas arrivé depuis octobre 2008, en pleine crise financière.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a reculé de 75,37 points à 2669,24 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 de 2,56% (ou 32,89 points) à 1254,05 points.

«En l'espace d'une semaine, l'opinion des investisseurs s'est complètement retournée. Maintenant, on commence à avoir des commentaires qui parlent de récession pendant la deuxième partie de l'année», a rapporté Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets.

Laissant derrière lui le problème de la dette américaine, le marché s'est concentré sur les chiffres des dépenses des ménages américains, inquiet de voir que la consommation s'était repliée au mois de juin, pour la première fois en deux ans.

Selon le département du Commerce, elle a cédé 0,2% par rapport au mois précédent alors que les analystes attendaient une légère hausse. Les nerfs mis à vif par la longue impasse politique qui a marqué les négociations sur le budget, le marché a cédé face aux craintes «de voir la croissance fondre comme neige au soleil», a expliqué Gregori Volokhine.

Nouveau sommmet pour l'or

«Le marché a été distrait par ce qui se passait à Washington, et il avait oublié que les Etats-Unis continuaient à lutter pour sortir d'une grande récession», a observé de son côté Lindsey Piegza, de FTN Financial.

Le recul du marché s'est fait après le franchissement d'une étape capitale a aux Etats-Unis, avec la promulgation expresse de la loi tout juste votée par le Congrès sur le relèvement du plafond de la dette, évitant un défaut de paiement.

Les investisseurs se sont rués vers les actifs les moins risqués. L'once d'or a atteint de nouveaux sommets historiques, à plus de 1655 dollars l'once. Le marché obligataire a bondi. Le rendement du bon du Trésor à dix ans a chuté à 2,624% contre 2,740% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,919% contre 4,071%. (afp)

Ton opinion