Actualisé 09.12.2011 à 05:59

Conseil fédéral

Walter pour remplacer Zuppiger

Hansjörg Walter et Jean-François Rime formeront le ticket UDC pour l'élection au Conseil fédéral mercredi.

Hansjörg Walter est l'actuel président du Conseil national.

Hansjörg Walter est l'actuel président du Conseil national.

A la suite du retrait de Bruno Zuppiger après des accusations de détournement de fonds, le groupe UDC a désigné Hansjörg Walter, qui est un politicien confirmé qui aura 61 ans en février. Elu lundi président du Conseil national, le Thurgovien a déjà failli entrer au gouvernement en décembre 2008. Il ne s'en était fallu que d'une petite voix au 3e tour de scrutin, pour qu'il vole la vedette à Ueli Maurer, alors élu à la succession de Samuel Schmid. M. Walter avait même devancé son collègue zurichois lors des premiers tours, grâce notamment aux voix du centre.

Lors de son élection lundi à la présidence du National. M. Walter en a appelé à la collaboration et la tolérance. La Suisse est un pays où le pouvoir est partagé, où aucun parti ne domine au point de pouvoir imposer seul sa politique, avait-il déclaré.

Afin d'éviter tout conflit d'intérêt, l'agriculteur avait décidé de céder les rênes de l'Union suisse des paysans - organisation dont il est président depuis 11 ans - durant sa présidence du National.

Selon lui, après une séance marathon, rien ne vaut un tour en tracteur pour se détendre. «Les paysages idylliques autour de Wängi me donnent le calme et la distance nécessaire par rapport à Berne», a-t-il confié lundi à l'ats.

Son épouse Madeleine, et deux employés, s'occupent du domaine et des 36 vaches laitières lors de ses déplacements à Berne.

Un seul siège visé

L'UDC cherchera à ravir le siège d'Eveline Widmer- Schlumpf, mais ne s'attaquera pas à un siège libéral-radical. Les deux candidats Jean-François Rime comme Hansjörg Walter l'ont tous les deux assuré jeudi devant la presse.

«Quand on invoque la concordance, on ne peut pas la briser soi- même», a expliqué le candidat thurgovien. Le président du Conseil national a expliqué au groupe qu'il était n'était pas à disposition pour un siège libéral-radical.

Jean-François Rime s'est par ailleurs dit très heureux du choix du Thurgovien. Je suis soulagé de ne pas devoir porter seul le poids de la campagne électorale jusqu'à mercredi.

La séance d'élection du Conseil fédéral sera menée mercredi par le président du Conseil des Etats Hans Altherr (PDC/AI). Hansjörg Walter lui a demandé de le remplacer jusqu'au verdict des urnes à son sujet.

(ats)

Partis réservés

Les partis ont réservé un accueil prudent à la nomination de Hansjörg Walter. Seuls les Verts estiment que c'est un très bon coup qui a des chances de succès. Le PDC et le PBD affirment vouloir en rester au statu quo.

Cette nomination est «intelligente et fine», a indiqué à l'ats Ueli Leuenberger, président des Verts. Si Hansjörg Walter se présente contre le radical Johann Schneider-Ammann, il a, selon lui, de bonnes chances de l'emporter.

Cette candidature va provoquer de grandes discussions au sein des groupes parlementaires, compte tenu de ce qui s'est passé il y a trois ans, ajoute-t-il. Le Thurgovien avait failli être élu à la place de Ueli Maurer grâce au soutien d'une partie de la gauche.

Le PS considère lui que la situation n'a pas changé. Si avec son nouveau ticket, l'UDC décide d'attaquer le siège radical, le parti organisera des hearings, a indiqué Thomas Christen secrétaire général du PS.

Le PDC et le PBD n'ont pas tenu à commenter la nouvelle donne de l'UDC. Ces deux partis militent toujours pour le statu quo et ont annoncé qu'ils n'auditionneraient pas les candidats UDC.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!