Suisse: Wanted: cultivateurs de cannabis
Publié

SuisseWanted: cultivateurs de cannabis

Dans le cadre d’un sondage international, l’UNIL et Addiction Suisse recherchent des producteurs de marijuana qui accepteraient de répondre anonymement à une série de questions.

par
Xavier Fernandez
Les chercheurs veulent en savoir plus sur l’expérience et les motivations des cultivateurs amateurs. 

Les chercheurs veulent en savoir plus sur l’expérience et les motivations des cultivateurs amateurs.

REUTERS

«Depuis combien d’années cultivez-vous du cannabis?» «En avez-vous vendu?» «En cultiveriez-vous encore si vous pouviez vous en procurer légalement?» Ce sont quelques-unes des nombreuses questions posées dans le cadre d’un sondage international sur la culture du cannabis. Lors d’une première enquête menée en 2012, plus de 6500 personnes à travers le monde avaient partagé leurs expériences. Si, pour la présente enquête, bon nombre de cultivateurs ont déjà participé, les producteurs suisses sont fortement sous-représentés.

Les chercheurs de l’UNIL et Addiction Suisse lancent donc un appel pour ce nouveau sondage. «Votre participation à notre enquête pourrait vous permettre de contribuer à une politique plus pragmatique en matière de stupéfiants. L’enquête est anonyme. Nous ne collectons ni adresses IP, ni données de géolocalisation ou information permettant de vous identifier», rassurent-ils.

L'enquête est organisée par une équipe du Global Cannabis Cultivation Research Consortium. Son objectif est de fournir une image objective de la culture du cannabis, en examinant les expériences des cultivateurs comme leur motivation à cultiver. «Une vision réaliste et le plus représentative possible de la situation est nécessaire. Cette compréhension passe par l’écoute de tous ceux qui ont leur mot à dire, y compris les producteurs», expliquent les chercheurs. Le questionnaire est dès à présent disponible sur internet et ce, jusqu’à fin avril.

Les cultivateurs suisses sont plus précoces

La précédente enquête avait permis d’établir qu’une majorité des sondés étaient de jeunes hommes (92%) dans la vingtaine (médiane = 27 ans); la plupart d’entre eux socialement insérés; 90% des cultivateurs s’adonnaient à cette pratique uniquement pour subvenir à leur consommation personnelle et leur récolte suffisait dans la plupart des cas. En Suisse, il y a davantage d’étudiants cultivateurs que dans les autres pays, soit un tiers, et un tiers de ceux-là vivent au domicile parental.

Cultiver a donc généralement pour première intention de s’autoapprovisionner. Cela permet aux consommateurs-producteurs de faire des économies et d’accéder à un produit qu’ils perçoivent comme plus sain que celui qu’ils trouveraient sur le marché. Enfin, une bonne partie d’entre eux cultivent aussi tout simplement pour le plaisir. Ils commencent d’ailleurs à cultiver relativement tôt. L’âge médian en Suisse pour la première culture est plus jeune (18 ans) qu’au plan international (20 ans).

Ton opinion