Actualisé 20.12.2009 à 17:26

Intempéries

Washington, capitale de la poudreuse

Au lendemain d'une puissante tempête de neige, les habitants de Washington avaient enfilé dimanche moufles et après-skis pour déambuler dans la poudreuse qui recouvrait la capitale américaine arborant de petits airs de station de sports d'hiver.

Par endroits, 40 centimètres de neige ont recouvert Washington en moins de 24 heures; du jamais vu depuis 1932, selon les services météo.

Dimanche matin, la neige avait cessé de tomber et le soleil faisait briller l'épais tapis blanc qui recouvrait la ville, où quelques passants, tout sourire, avaient troqué tickets de métro contre skis de fond.

D'autres découvraient en se frottant les yeux leurs voitures recouvertes entièrement de neige, transformées en igloos.

A Fort Reno, un parc très en pente situé dans le nord-ouest de la capitale, certains Washingtoniens n'hésitaient pas à sortir leur surf ou leurs skis de descente pour profiter de l'aubaine. «Il ne manque plus que le remonte-pente», observait un skieur en bas de la «piste» improvisée, que des dizaines de petits et de grands enfants dévalaient en luge.

Des festivités improvisées pas toujours promptes à séduire les forces de l'ordre de la capitale.

Samedi, sur U street, quartier des boîtes de jazz, plus de 200 passants s'adonnaient à une joyeuse bataille de boules de neige géante, quand un policier en civil, mécontent de la pagaille, n'a pas hésité à brandir son arme pour disperser la foule.

Dimanche, dans le centre-ville, d'imposants chasse-neige sillonnaient les blanches avenues arpentées par quelques 4x4, tandis que les employés municipaux répandaient du gros sel sur la chaussée jonchée de neige boueuse.

Les seuls trottoirs parfaitement déneigés se trouvaient devant les grands palaces de la capitale fédérale, comme le St Regis, soucieux de faire place nette pour ses prestigieux clients: pas question de risquer une malencontreuse glissade dans un pays friand de poursuites judiciaires.

La majeure partie des habitants semblait avoir déserté la ville, aux musées fermés à cause de la neige.

Les catholiques avaient une bonne excuse pour faire la grasse matinée: l'archidiocèse de Washington les a exceptionnellement autorisés à «sécher» la messe, pour la deuxième fois seulement en dix ans... Tout en les en encourageant vivement à regarder l'office à la télévision.

A la Maison Blanche, aux jardins revêtus d'un lourd manteau neigeux, le spectacle devait sans doute paraître familier au président Barack Obama, ancien sénateur de l'Illinois (nord) habitué aux rudes hivers de Chicago.

Mais il ne profitera pas longtemps des beautés de la capitale enneigée: lui et sa famille s'apprêtent à passer Noël à Hawaï, loin des intempéries.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!