09.02.2017 à 01:02

SyrieWashington dit avoir tué un vétéran d'Al-Qaïda

Abou Hani al-Masri, proche de Ben Laden et al-Zawahiri, aurait été tué dans un bombardement le 4 février dans la région d'Idleb.

1 / 150
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Keystone
Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Keystone

Le Pentagone a annoncé mercredi avoir tué dans un bombardement en Syrie le 4 février Abou Hani al-Masri, un vétéran d'Al-Qaïda qui avait rejoint les rangs de l'organisation extrémiste dès les années 1980.

Al-Masri, tué dans la région d'Idleb, «avait des liens avec Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri», l'actuel chef d'Al-Qaïda, a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

«Il a supervisé la création et les opérations de nombreux camps d'Al-Qaïda en Afghanistan dans les années 1980 et 1990, où il a recruté, endoctriné, entraîné et équipé des milliers de terroristes qui se sont ensuite répandus dans la région et le monde», a affirmé Jeff Davis.

Le Pentagone a également revendiqué un autre bombardement la veille dans la région d'Idleb, qui a «tué 10 extrémistes dans un bâtiment utilisé comme un lieu de réunion» par le réseau djihadiste, .

Ere du soupçon entre les djihadistes

Les frappes américaines en Syrie se sont longtemps concentrées sur le groupe Etat islamique. Mais depuis quelques mois, les frappes visant Al-Qaïda se sont multipliées. Ces bombardements «désorganisent la capacité d'Al-Qaïda à planifier des attaques contre les Etats-Unis et leurs intérêts dans le monde», a indiqué Jeff Davis.

Selon le porte-parole, l'accélération des bombardements a ouvert une ère du soupçon entre les djihadistes eux-mêmes. «Ils doutent de plus en plus de la loyauté de leurs membres» et «la paranoïa» s'étend dans le réseau extrémiste, a affirmé Jeff Davis.

La province d'Idleb est en grande majorité aux mains de l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, Fateh al-Cham, qui a officiellement rompu avec sa maison-mère. Fateh al-Cham est allié à des groupes rebelles syriens.

Outre son activité en Afghanistan, Abou Hani al-Masri était selon le Pentagone l'un des fondateurs du groupe Jihad islamique égyptien. Ce groupe est «le premier groupe sunnite à avoir eu recours aux attaques suicide», a souligné Jeff Davis dans son communiqué. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!