Afghanistan: Washington est en train de revoir sa stratégie en Afghanistan
Actualisé

AfghanistanWashington est en train de revoir sa stratégie en Afghanistan

L'administration Bush envisage de modifier sa stratégie militaire en Afghanistan pour faire face à une situation de plus en plus complexe, a expliqué jeudi le ministre de la Défense Robert Gates.

Le patron du Pentagone était à Londres pour des consultations avec l'OTAN, sur le chemin du retour après une visite sur le terrain en Afghanistan mercredi.

«Il y a une stratégie globale, mais il faut l'ajuster continuellement en fonction des circonstances», a-t-il déclaré sans plus de précisions, évoquant le «changement de stratégie en Irak».

Selon un haut responsable l'accompagnant, sont notamment à l'étude l'éventualité de réduire le nombre des forces combattantes de l'OTAN, alors que sont envisagés des renforts américains. D'après lui, il s'agit d'une vaste réévaluation qui va plus loin que les simples aspects purement militaires de la stratégie américaine.

La semaine dernière, le chef d'état-major interarmes, l'amiral Mike Mullen, avait annoncé avoir commandé une étude stratégique, afin d'y intégrer la nouvelle donne d'une recrudescence des violences ainsi que de la dégradation de la situation au Pakistan voisin.

Selon Gates, la recrudescence des affrontements depuis deux ans est notamment liée aux attaques depuis les bases arrière au Pakistan. Evoquant la violence croissante dans l'est et le sud de l'Afghanistan, il a noté la complexité de ce qui se passe sur le terrain: «ce n'est pas une insurrection centralisée contrôlée par les talibans et dirigée contre le gouvernement. Ce sont une série de différents défis lancés au gouvernement».

Lors de la réunion de l'OTAN, jeudi et vendredi, Gates compte également évoquer la question du financement par tous d'un doublement de la taille de l'armée afghane.

Les Etats-Unis comptent actuellement environ 33.000 hommes en Afghanistan. Quelque 3.700 autres devraient les y rejoindre en janvier, au lieu de gagner l'Irak.

Gates a également évoqué jeudi les déclarations de Bush sur d'autres renforts de troupes en 2009, disant espérer que son successeur «tiendra ces engagements».

Mardi, le commandant sur le terrain, le général David McKiernan, réclamait lui plus de 10.000 soldats supplémentaires, en plus des renforts déjà annoncés.

«Nous sommes totalement en accord avec nos alliés européens selon lesquels l'aspect militaire n'est qu'une partie de la solution», a-t-il enfin noté. AP

nc/v (ap)

Ton opinion