Chypre - La position de la Turquie suscite les condamnations internationales
Publié

ChypreLa position de la Turquie suscite les condamnations internationales

Le président turc a prôné, mardi, une solution à deux États pour Chypre. Les États-Unis ont fermement rejeté, mercredi, cette idée, préférant un processus mené par les Chypriotes.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé la poursuite de la réouverture de Varosha, ville fantôme de la partie nord, turque, symbole de la division de l’île méditerranéenne.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé la poursuite de la réouverture de Varosha, ville fantôme de la partie nord, turque, symbole de la division de l’île méditerranéenne.

AFP

La volonté de la Turquie de pousser une solution à deux États pour Chypre et de rouvrir la ville fantôme de Varosha a continué de susciter mercredi une levée de boucliers internationaux, les États-Unis plaidant pour une «réponse ferme» de l’ONU.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé mardi lors d’une visite à Chypre-Nord que les efforts des Nations unies pour trouver une solution à la division de l’île méditerranéenne avaient échoué, et qu’il devait y avoir «deux peuples et deux États».

Depuis son invasion par l’armée turque en 1974 en réaction à un coup d’État de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient la rattacher à la Grèce, l’île est divisée entre la République de Chypre -- membre de l’Union européenne -- qui exerce son autorité au sud, et la République turque de Chypre-Nord (RTCN) autoproclamée en 1983, uniquement reconnue par Ankara. Les négociations sont au point mort depuis 2017. En avril, une tentative de relance des pourparlers organisée par l’ONU, qui surveille une zone tampon entre les deux parties de l’île, s’est soldée par un échec.

Varosha

La numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, s’est inquiétée mercredi des conséquences des propos turcs sur la diplomatie onusienne. Priée de dire, lors d’une audition parlementaire, si le gouvernement américain rejetait sans ambiguïtés une telle option à deux États, elle a répondu: «oui, absolument». «Nous pensons que seul un processus mené par les Chypriotes, bizonal et bicommunautaire, peut apporter la paix et la stabilité à Chypre», a-t-elle insisté.

Le «président» de Chypre-Nord, Ersin Tatar, a lui annoncé mardi avec le soutien appuyé de Recep Tayyip Erdogan le début de «la seconde phase» de son plan pour rouvrir Varosha, ancienne station balnéaire huppée fuie par ses habitants en 1974 et bouclée depuis par l’armée turque.

Après avoir condamné fermement, dès mardi soir, cette décision «provocatrice, inacceptable et incompatible» avec les engagements passés des Chypriotes-Turcs «à prendre part de manière constructive dans des pourparlers de paix», le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a affirmé mercredi sur Twitter s’être entretenu avec son homologue de la République de Chypre Nikos Christodulides pour réaffirmer cette position. «Nous faisons pression pour une réponse ferme du Conseil de sécurité de l’ONU», a-t-il assuré, estimant qu’une réouverture de Varosha était contraire aux résolutions de cette instance.

L’ONU préoccupée

Victoria Nuland a dit pour sa part avoir parlé mercredi matin avec des responsables turcs pour exiger qu’ils reviennent sur leur décision concernant Varosha.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s’est également dit «profondément préoccupé» à ce sujet. Il a appelé «toutes les parties à s’abstenir de tout acte unilatéral qui provoque des tensions et risque de compromettre» les efforts diplomatiques, a rapporté son porte-parole dans un communiqué. Ces critiques s’ajoutent à celles de l’Union européenne, de la France et de la Russie.

La Grèce a elle estimé mercredi que le comportement de la Turquie devait susciter une réaction. Également en visite à Nicosie, le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias a estimé que le projet concernant Varosha confirmait l’intention d’Ankara «d’étendre son occupation de Chypre et établir un pouvoir néo-Ottoman dans la région de la Méditerranée orientale». «Il ne peut y avoir d’amélioration dans les relations entre la Turquie et la Grèce» et «avec l’Union européenne tant que la Turquie agit de manière illégale au sujet de Chypre», a-t-il prévenu.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire