Washington se réserve le droit d'interdire l'espace à des ennemis
Actualisé

Washington se réserve le droit d'interdire l'espace à des ennemis

Washington Les Etats-Unis se réservent le droit d'interdire l'espace à des ennemis qui nuiraient aux intérêts américains.

Le président Bush a donné son accord le 31 août à cette nouvelle stratégie et le document a été rendu public discrètement par la Maison Blanche le 6 octobre.

«La sécurité nationale des Etats-Unis est dépendante de manière cruciale des moyens dans l'espace et cette dépendance va s'accroître», affirme le texte. «La liberté d'action dans l'espace est aussi importante pour les Etats-Unis que la puissance aérienne et maritime», poursuit le document stratégique.

Ce document, qui remplace la précédente stratégie remontant à 1996, ordonne au secrétaire à la défense de «développer les capacités, les plans et les options pour s'assurer une liberté d'action dans l'espace, et si cela est ordonné, refuser cette liberté d'action à des ennemis».

Le texte rejette également tout traité interdisant les armes dans l'espace: «Les Etats-Unis s'opposeront au développement de nouvelles législations ou de restrictions cherchant à interdire ou à limiter l'accès des Etats-Unis à l'espace ou à l'usage de l'espace».

Militarisation de l'espace ?

Le gouvernement américain assure que cette nouvelle stratégie n'est pas une première étape vers le développement et le déploiement d'armes dans l'espace. «Il ne s'agit pas d'un changement de politique», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Tony Snow à des journalistes à bord d'Air Force One.

Ces affirmations suscitent le scepticisme des experts. «Même si cette stratégie ne dit pas explicitement que les Etats-Unis vont détruire des satellites ou déployer des armes dans l'espace, il me semble qu'elle ouvre la porte à cela», a déclaré Theresa Hitchens, directrice du Centre d'information sur la défense.

Selon elle, cette analyse est confirmée par une série de documents publiés par l'armée américaine dans lesquels celle-ci ne cache pas ses intentions.

Unilatéralisme encore

D'après Mme Hitchens, la nouvelle stratégie représente aussi un important changement par rapport à celle de l'administration Clinton par sa «vision beaucoup plus unilatéraliste». «Dans cette stratégie, les Etats-Unis cherchent à établir leurs droits mais ne reconnaissent pas les droits des autres pays», estime-t-elle.

Les Etats-Unis disposent actuellement d'une véritable suprématie dans l'espace, alors que la Russie a perdu l'essentiel de ses moyens et que la Chine en est encore au stade des ambitions.

Les Américains sont les seuls capables d'utiliser les moyens satellitaires pour des opérations de combat et le font de mieux en mieux si l'on compare les guerres du Golfe, des Balkans, d'Afghanistan et d'Irak, avait souligné Michael O'Hanlon, expert à la Brookings Institution, lors d'une audition en juin devant le Congrès.

Menacés par la Chine

Mais la suprématie des Etats-Unis pourrait à l'avenir être menacée par d'autres pays. «Les Etats-Unis sont en particulier préoccupés par la Chine», juge Mme Hitchens. Un avis partagé par M. O'Hanlon, qui avait toutefois souligné que les progrès de Pékin étaient pour l'instant «limités» et le resteraient dans les années à venir.

«Alors que la Russie et la Chine soutiennent une interdiction des armes dans l'espace, il paraît clair que les Chinois en même temps envisagent des moyens de nuire aux capacités américaines dans l'espace», estime Mme Hitchens.

Une menace sur laquelle Donald Rumsfeld avait insisté avant qu'il ne devienne secrétaire à la Défense. Il avait appelé à mieux protéger les intérêts américains pour éviter un possible «Pearl Harbor de l'espace».

(ats)

Ton opinion