Tennis: Wawrinka défiera Nadal mercredi
Actualisé

TennisWawrinka défiera Nadal mercredi

Stanislas Wawrinka (no 7) défiera Rafael Nadal (no 1) mercredi dès 15h (heure suisse) au Masters, dans le duel des vainqueurs des premiers matches de la poule A.

Le Vaudois est toujours dans l'attente d'un premier succès face au Majorquin, convaincant tombeur (6-3 6-2) de David Ferrer (no 3) mardi à Londres.

Le demi-finaliste du dernier US Open devra faire mentir toutes les statistiques: il affiche un bilan de 0-11 face à Rafael Nadal, qui a remporté les 24 sets que les deux hommes ont disputés. L'Espagnol fait d'ailleurs le malheur des droitiers frappant leur revers à une main: il a remporté 80 des 95 matches joués face aux neuf membres du top 30 qui jouent ainsi. Et Roger Federer l'a battu à 10 reprises...

Le plus vulnérable, mais...

Stanislas Wawrinka n'a qui plus est jamais battu un no 1 mondial en exercice, en 14 tentatives. Mais toutes les séries tentent inexorablement vers leur fin. Et Rafael Nadal a souligné que ses sensations n'étaient pas aussi bonnes en salle qu'en extérieur. «Je n'ai jamais dit que je n'aimais pas jouer en indoor. Mais le bruit de la balle est très différent. Je ne parviens notamment pas à savoir si je l'ai bien frappée ou non», précisait l'Ibère.

«Il est évident que c'est sur cette surface qu'il est le plus vulnérable», avait lâché Stanislas Wawrinka la veille, après avoir battu Tomas Berdych pour la première fois en indoor. «Mais je l'ai affronté à Shanghaï (réd: il y a un mois), sur un court plutôt rapide, et il fut à nouveau meilleur que moi. Rafa m'est supérieur. Il est le no 1 mondial et réalise une saison incroyable», tempérait le Vaudois, dont le prochain adversaire a remporté 72 des 78 matches qu'il a joués cette année en soulevant 10 trophées au passage.

Stanislas Wawrinka, qui a tout de même contraint Rafael Nadal à disputer quatre tie-breaks dans leurs quatre derniers matches joués sur dur, devra forcément sortir le grand jeu pour avoir une chance de l'emporter. La qualité de sa première balle de service constituera un élément décisif. Il serait ainsi bien inspiré de se montrer aussi percutant que dans le dernier set de son premier match, où il n'avait lâché que 3 points sur son engagement.

Les choses au point

Battu par David Ferrer trois jours plus tôt à Paris-Bercy - où les conditions de jeu étaient plus rapides -, Rafael Nadal a en tout cas mis les choses au point face au Valencien. Le gaucher de Manacor a survolé les débats dans une O2 Arena qui affichait quasiment complet. Il n'a ainsi eu besoin que de 74' pour fêter son 21e succès en 26 duels. «J'étais plus réactif et plus rapide qu'à Paris», se réjouissait-il.

David Ferrer s'est, il est vrai, montré bien trop inconstant pour espérer un meilleur sort: il a commis pas moins de 33 fautes directes, dont 19 en coup droit. «David a disputé la finale à Paris-Bercy dimanche. Il était plus fatigué que moi, et n'a pas eu suffisamment de temps pour s'adapter. Moi, j'étais plus calme et mieux positionné sur le court. J'ai su l'empêcher de frapper des coups gagnants», relevait Rafael Nadal.

«J'ai toujours été motivé en arrivant ici»

L'Espagnol a encore besoin d'une victoire pour être assuré d'occuper la première place mondiale en fin de saison. Une défaite de Novak Djokovic (no 2), qui affrontait Roger Federer (no 6) mardi soir, pourrait également lui suffire. Mais il ne se satisfera certainement pas de cela: l'octuple champion de Roland-Garros veut conquérir le seul grand titre manquant à son palmarès.

Sa détermination est-elle d'ailleurs plus grande encore après avoir vécu une telle saison ? «Non. J'ai toujours été motivé en arrivant ici. C'est toujours spécial de disputer un Masters. Mais je n'ai parfois pas pu jouer mon meilleur tennis. Il m'est arrivé de bien jouer, mais je ne suis alors pas parvenu à saisir ma chance», expliquait le finaliste malheureux de l'édition 2010.

«Je devrai évoluer à mon meilleur niveau face à Stan comme face à Berdych pour espérer me qualifier pour les demi-finales. Les conditions de jeu leur sont favorables. Stan joue très bien en ce moment, et sera à 100 % de ses possibilités physiques», estimait Rafael Nadal, qui le sera également. «Je n'ai pas dû puiser dans mes réserves mardi. J'aurais préféré bénéficier également d'un jour de repos afin d'avoir la confirmation que mes sensations sont bonnes sur ce court. Mais cela ne changera rien. Dans un tournoi normal où l'on joue au meilleur des trois sets, on est en lice chaque jour», concluait-il. (si)

Ton opinion