Tennis - Geneva Open: Wawrinka: «J'ai senti que je n'étais pas le bienvenu»

Actualisé

Tennis - Geneva OpenWawrinka: «J'ai senti que je n'étais pas le bienvenu»

Le joueur vaudois n'a pas mâché ses mots au moment de se confier à la presse à la veille de son entrée en lice dans le Geneva Open. Il jouera alors contre Jared Donaldson.

Wawrinka: «Chaque jeu, chaque échange, chaque détail positif me permet d'aller de l'avant.»

Wawrinka: «Chaque jeu, chaque échange, chaque détail positif me permet d'aller de l'avant.»

Keystone

Le double tenant du titre a finalement requis et obtenu une invitation pour le tournoi genevois, sans demander la moindre garantie financière. «J'ai senti dès le début que je n'étais pas le bienvenu. Mais le plus important pour moi était de venir jouer en Suisse», a lâché Wawrinka.

«Je comprends qu'il est compliqué pour le grand public de lire que je n'ai pas signé de contrat pour des motifs financiers. Mais dans une négociation, toutes les parties doivent être satisfaites. Personne ne travaille gratuitement. Je sais ce qui s'est passé au niveau des discussions. De fausses informations ont circulé à mon sujet», a-t-il glissé.

«Je vais être clair. J'ai reçu une grosse offre financière de Lyon», qui accueille l'autre tournoi ATP de la semaine. «Je l'ai refusée. Car il était plus important à mes yeux de jouer devant mon public», a poursuivi Stan Wawrinka, qui assure ne pas être perturbé par les relations tendues avec les organisateurs du tournoi genevois: «Je suis là pour le public et les bénévoles, qui ont été fantastiques avec moi les années précédentes. C'est dommage de ne pas avoir trouvé d'accord. Mais cela ne va rien changer à mon niveau de jeu.»

«Il ne me manque pas grand-chose»

Stan Wawrinka sait qu'il aura bien besoin du soutien du public cette semaine. Il a débarqué au Parc des Eaux-Vives à court de compétition, avec un seul match disputé au cours des trois derniers mois. C'était le dimanche 13 mai à Rome, où il s'était incliné 6-4 6-4 devant l'Américain Steve Johnson. «Il y avait beaucoup de choses positives à retenir malgré cette défaite. Mon niveau de jeu et mon physique sont bons. Il ne me manque pas grand-chose. Je sais que le déclic peut se produire très bientôt, même si je suis conscient que je devrai peut-être encore patienter», a souligné le 25e joueur mondial.

«Chaque jeu, chaque échange, chaque détail positif me permet d'aller de l'avant», a enchaîné l'homme aux trois titres du Grand Chelem, qui espère forcément que le fait de retrouver un stade dans lequel il a conquis deux titres lui permette de trouver le déclic. «Mais je suis simplement concentré sur mon premier match. J'ai envie d'aller le plus loin possible, mais je sais bien que ce sera compliqué», a-t-il concédé.

«La situation était complètement différente les trois dernières années. Là, je dois avant toute chose retrouver mes automatismes et ma confiance. Mon objectif ici, c'est de jouer un maximum de rencontres. J'ai besoin de matches. Seule la compétition permet de retrouver sa confiance et son niveau de jeu», a encore expliqué Stan Wawrinka, qui ne regrette pas d'avoir renoué avec la compétition dès le mois de janvier malgré ses trois mois supplémentaires de pause forcée. «J'avais besoin de savoir où j'en étais», a rappelé le Vaudois, qui évolue désormais sans gêne à son genou gauche.

Face à Donaldson au 2e tour

Exempté de 1er tour en tant que tête de série no 3, le double tenant du titre se mesurera à l'Américain Jared Donaldson (ATP 57) au stade des 8es de finale. «Je l'ai affronté une seule fois. C'était il y a deux ans à Cincinnati», où le Vaudois s'était imposé 2-6 6-3 6-4. «C'est un joueur dangereux. Il frappe fort, en prenant la balle très tôt. Il te laisse peu de temps pour t'organiser», a-t-il souligné à propos de son futur adversaire.

Stan Wawrinka sait qu'il devra prendre le jeu à son compte pour s'éviter toute mauvaise surprise face à un joueur en pleine progression. Jared Donaldson (21 ans) a ainsi atteint son meilleur classement (48e) début mars après avoir atteint les demi-finales à Acapulco.

L'Américain est certes plus à l'aise sur les courts en dur. Il avait d'ailleurs été battu d'entrée dans ses quatre premiers tournois de l'année disputés sur terre battue (Monte-Carlo, Barcelone, Madrid et Rome). Mais il a débloqué son compteur avec la manière lundi en début d'après-midi, dominant l'Ouzbek Denis Istomin (ATP 98) 5-7 6-4 6-0. C'est donc en confiance qu'il défiera un Stan Wawrinka en manque de repères. (nxp/ats)

Querrey face à Pella

Les trois autres joueurs exemptés de 1er tour connaissent par ailleurs également le nom de leur premier adversaire. Tête de série no 1 du tableau, l'Américain Sam Querrey (ATP 13) se frottera ainsi mercredi au coriace Argentin Guido Pella (ATP 81), tombeur en deux sets (6-3 6-4) du qualifié Dominik Köpfer (ATP 249) lundi.

Le no 2 Fabio Fognini (ATP 19) entrera lui aussi en lice mercredi face au qualifié Noah Rubin (ATP 204), vainqueur 7-6 (7/4) 6-4 de Marcos Baghdatis (ATP 83). Quant au no 3 David Ferrer (ATP 42), il en découdra mardi après-midi avec l'Allemand Peter Gojowczyk (ATP 49), qui a battu le géant Ivo Karlovic (ATP 93) 7-6 (7/4) 4-6 7-6 (7/1) en ayant pourtant concédé l'unique break de la rencontre.

(NewsXpress)

Ton opinion