Actualisé

Coupe DavisWawrinka offre le premier point à la Suisse

Stan n'a pas tremblé. Le 17ème joueur mondial s'est imposé sans difficulté face au Tchèque Lukas Rosol (ATP 73). La Suisse mène un zéro face à la République tchèque.

par
Oliver Dufour
Genève

Le Vaudois a offert un premier point attendu vendredi à la Suisse contre la République tchèque. Il a rapidement écarté Lukas Rosol, 6-4 6-3 6-4, en 1h40, dans la halle de Palexpo Genève.

Malgré la forme étincelante affichée par Stanislas Wawrinka depuis plusieurs semaines, peu d'observateurs auraient misé sur une telle promenade du No 1 helvétique contre le tombeur de Rafael Nadal lors du dernier tournoi de Wimbledon. A part quelques missiles expédiés au service, parfois à plus de 210km/h, Rosol n'a guère perturbé la marche de du Vaudois avec son jeu. Seul un point lumineux, en fin de premier set, marqué dos au filet et entre ses jambes a offert un maigre aperçu de son talent. Même si le Tchèque a réussi le premier break pour mener 3-4, il a vite été repris par un «Stan» piqué au vif. Une physionomie de match bonne à prendre pour Wawrinka, qui devrait être aligné à trois reprises ce week-end.

«Je m'attends toujours au pire contre tous mes adversaires, a souri «Stan». Mais si ma victoire a l'air aussi facile, c'est peut-être parce que j'ai très bien joué. Malgré l'allure du score, ça a été difficile. J'ai fait en sorte de ne pas lui laisser le temps d'armer ses frappes», a confié le résident de Saint-Barthélemy.

«Je n'ai pas trouvé la clé»

Face à lui, son adversaire tchèque a perdu pied dès le début de la deuxième manche. «J'ai eu mes chances, a regretté le matricule 73 à l'ATP. Mais il (ndlr: Wawrinka) a terminé toutes les manches très fort, tout en réussissant le break tôt dans les deux dernières, a soupiré Rosol. Les conditions de jeu n'ont rien changé je n'ai simplement pas trouvé la clé pour le battre.» Le Lausannois a en effet converti 4 des 9 balles de breaks qu'il a obtenues dans la rencontre, alors que Rosol n'en a réussi qu'une en deux opportunités.

Dans la foulée, le deuxième simple du jour a commencé entre le jeune Henri Laaksonen (20 ans) et le Tchèque Tomas Berdych, No 6 mondial. Un rude baptême du feu en Coupe Davis avec la Suisse (il avait joué et gagné un match pour la Finlande, son pays de naissance, en 2009) pour le joker désigné par le capitaine Severin Lüthi. «Pour lui c'est une énorme chance, a estimé son coéquipier Wawrinka. Il n'a rien à perdre contre un joueur du Top 10. C'est quelque chose de génial.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!