Actualisé 20.09.2019 à 09:18

Lausanne-Riponne

WC fermés: les marginaux snobent le local d'injection

La consommation de stupéfiants dans l'espace sécurisé n'a pas augmenté depuis la fermeture partielle des toilettes publiques de la place de la Riponne.

de
frb
Les toilettes de la place de la Riponne sont un «spot» connu des toxicomanes lausannois.

Les toilettes de la place de la Riponne sont un «spot» connu des toxicomanes lausannois.

fnt

La mesure avait pour but d'inciter les toxicomanes de la place de la Riponne à se rendre à l'espace de consommation sécurisé (ECS), inauguré en octobre 2018. Quatre mois après la fermeture partielle des WC flambant neufs (entre 12h et 19h), force est de constater que, pour le moment, le bilan est mitigé. Le municipal lausannois de la cohésion sociale Oscar Tosato l'a avoué lui-même lors de la dernière séance du conseil communal: «Le nombre de consommations à l'ECS n'a pas augmenté», a-t-il répondu à un élu qui souhaitait que la Municipalité dresse un premier bilan. Mais il précise toutefois: «Chaque semaine, entre juillet et août, entre 10 et 30 nouvelles inscriptions y ont été enregistrées.» Autrement dit, des utilisateurs arrivent mais il est difficile de les fidéliser.

Pas très réjouissant. Mais pas trop inquiétant pour autant. Ainsi que l'a montré une étude menée par le Centre universitaire de médecine générale et santé publique de Lausanne, moins d'un marginal de la Riponne sur deux utilisait les WC publics de la place pour se droguer. Leur fermeture n'allait donc de toute façon pas créer un exode massif vers l'ECS. «Nous ne nous attendions pas à un énorme succès, concède Oscar Tosato. L'expérience n'est menée que depuis peu de temps et les comportements n'évoluent pas en une semaine. Nous allons continuer à inciter les consommateurs de stupéfiants à se rendre à l'espace sécurisé.»

Une enquête plus poussée sera dressée à la fin de l'année. En attendant, la fermeture partielle des WC de la place de la Riponne, décidée pour trois mois à l'origine, a d'ores et déjà été prolongée. Ces cabines avaient été entièrement rénovées l'an dernier pour 350'000 francs. Leur fermeture partielle, calquée sur les horaires de l'ECS, avait provoqué une levée de boucliers au sein du Conseil communal.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!