WEF - Samuel Schmid parle de succès dans l'engagement des troupes

Actualisé

WEF - Samuel Schmid parle de succès dans l'engagement des troupes

Le conseiller fédéral Samuel Schmid a évoqué samedi à Davos un «succès» sécuritaire, lors d'un bilan provisoire à la veille de la fin du WEF.

Avant une visite aux troupes engagées, il a parlé des Balkans et du Pacifique avec son homologue néo- zélandais.

L'engagement des forces terrestres et aériennes a été un «succès». «Aucun incident n'a été constaté jusqu'à présent», a déclaré à l'ATS le chef du Département fédéral de la défense (DDPS), au terme de sa rencontre avec le ministre néo-zélandais de la défense et du commerce, Philip Goff.

Le conseiller fédéral a été mobilisé en permanence dès la veille du Forum économique mondial (WEF). «Je ne suis pas rentré chez moi depuis mardi», a-t-il confié. Il est relié en tout temps avec les forces aériennes.

Un officier conserve une valise noire avec toutes les informations nécessaires au cas où M. Schmid devrait décider d'engager cette arme ou non. Le dispositif permet d'évaluer la situation réelle et de corriger les éventuelles erreurs, a expliqué le chef du DDPS.

Le conseiller fédéral s'est ensuite rendu à l'héliport de Davos- Frauenkirch pour une visite aux troupes prévue jusqu'à la mi- journée. Si le temps le lui permettait, il devait gagner dans l'après-midi un poste de commandement à Andermatt (UR) pour une autre visite.

Afghanistan et Corée du Nord

Lors de leur entretien, MM. Schmid et Goff ont évoqué la situation sécuritaire dans les Balkans et dans le Pacifique. Au total quelque 400 soldats néo-zélandais sont engagés dans des missions à l'étranger.

L'action de l'OTAN en Afghanistan et la possibilité, selon M. Goff, de la renforcer, la situation en Corée du Nord et en Indonésie, ou la réforme des armées face aux risques contemporains ont également été évoqués.

M. Goff était lui intéressé par la question de l'intégration des étrangers en Suisse, a indiqué M. Schmid.

Rencontre avec Chertoff annulée

Contrairement à l'armée suisse, les forces néo-zélandaises sont professionnelles. Elles participent activement à la guerre contre le terrorisme aux côtés des Etats-Unis. Nos armées défendent tous les deux de «petits pays» mais il n'y a pas de collaboration à prévoir en matière de planification opérationnelle, selon le conseiller fédéral. «Nous ne sommes pas voisins», a-t-il expliqué.

En marge du WEF, le chef du DDPS avait une autre rencontre prévue mercredi à Berne avec le secrétaire américain à la sécurité intérieure, Michael Chertoff. Mais en raison du mauvais temps, le ministre américain avait fait l'impasse sur ce crochet par la capitale fédérale et s'était rendu directement dans la station grisonne.

L'entretien du ministre des finances Hans-Rudolf Merz avec son homologue allemand Peer Steinbrück, qui n'est finalement pas venu à Davos, a également dû être abandonné.

(ats)

Ton opinion