Votation contre les minarets: Whitney Toyloy : «Je suis révoltée par l'intolérance qui règne en Suisse»
Actualisé

Votation contre les minaretsWhitney Toyloy : «Je suis révoltée par l'intolérance qui règne en Suisse»

Miss Suisse 2008 assume pleinement les propos qu'elle a tenus sur Facebook sur un sujet qui lui tient à cœur et la révolte: l'acceptation de l'initiative interdisant les minarets en Suisse.

par
Fabrice Aubert

Ce matin, nous vous révélions les propos qu'a tenus Whitney Toyloy sur le site communautaire Facebook, visibles dans le diaporama ci-dessus.

Il s'agissait d'une discussion au sujet du résultat de la votation contre les minarets de dimanche dernier. Si l'ex-Miss Suisse a parlé de l'UDC comme de l'«Union Des Cons», elle tient à préciser qu'elle a «dit ça à une copine en rigolant».

Le reste des commentaires qu'elle a postés révèlent une déception mêlée de révolte que nous confirme la jeune Yverdonnoise. «Je n'ai pas été choquée par le résultat de cette votation parce que je m'y attendait mais je suis révoltée», explique-t-elle à 20minutes online. «Je ne comprends pas que de nos jours on puisse faire preuve d'autant d'intolérance, ça me désole».

Selon Miss Suisse 2008, si l'initiative a convaincu une majorité de Suisses, cela s'explique par «l'ignorance» au sujet des musulmans et la «peur» véhiculée par les campagnes de l'UDC. «Je ne supporte pas le discours de personnes comme Ueli Maurer ou Christoph Blocher et je n'ai pas peur de le dire. Ils font croire que musulman est synonyme de terrorisme alors qu'on est tous des humains avant tout. Ce parti demande à Stress des excuses publiques quand il les critique dans un morceau mais c'est eux qui devraient s'excuser quand on voit leurs affiches», s'insurge la jeune femme. «Je voudrais lancer l'idée d'une journée 100% suisse où seules les personnes dont les arrières grands-parents sont entièrement suisses travailleront. Ils verront à quel point la Suisse ne peut pas se passer des étrangers qu'ils critiquent tellement».

Whitney Toyloy est donc révoltée par l'issue de cette votation mais d'une manière plus générale ce sont les extrêmes qui la mettent hors d'elle: «Pour moi il n'est pas question d'extrême gauche ou droite. Entendre Benoît XVI dire que le préservatif est dangereux me choque autant que les propos de l'UDC, ça va dans les deux sens», précise-t-elle. En dehors de cela, elle ne supporte pas non-plus les propos haineux envers les homosexuels.

Par contre, comme elle l'a expliqué sur Facebook, l'ancienne Miss n'a plus l'intention de se battre contre les membres de l'extrême droite puisqu'il s'agit d'un «dialogue de sourd», précisant: «On est dans un pays démocratique donc j'accepte le résultat».

Un résultat qui doit pousser les gens, et particulièrement les jeunes, à voter. «Chaque vote compte donc tout le monde doit s'engager», martèle Whitney Toyloy qui assure que si on l'invite, elle participera volontiers à des débats sur le sujet.

Si elle est engagée à ce point, c'est grâce à une prof d'histoire qui a mis l'accent sur l'histoire suisse lors des cours du gymnase et lui a donné goût pour la politique. «On ne parle pas assez de politique ni d'histoire suisse dans les cours je trouve. Si on demande à un gamin qui est le président français il le saura immédiatement mais si on lui demande qui préside la Suisse, il ne le saura pas», regrette-t-elle.

Ton opinion