Actualisé 20.02.2008 à 11:12

Widmer-Schlumpf et Schmid divisent l'UDC

Des demandes ont été déposées auprès de la direction du parti pour que les deux conseillers fédéraux soient exclus de l'UDC.

En même temps, la section de Treiten (BE) exige leur réadmission dans le groupe parlementaire.

Il est temps d'arrêter de brailler, a dit mercredi à l'ATS Urs Schumacher, président de la section de Treiten, revenant sur une information du Bieler Tagblatt. Mme Widmer-Schlumpf et M. Schmid ont été démocratiquement élus et M. Blocher démocratiquement évincé.

«Lorsqu'on occupe un mandat politique, on doit sortir de l'âge des caprices», ajoute-t-il. La demande de réintégrer les conseillers fédéraux vient de Charles Aebersold, ancien député au Grand Conseil bernois, et a été votée par les UDC de Treiten lors d'une assemblée.

Résistance bernoise

La section du Seeland renforce ainsi le front de ceux qui ne veulent plus suivre l'orientation du parti suisse après l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral. La résistance vient surtout du canton de Berne.

Samuel Schmid a parlé de répression contre les gens qui ne pensent pas la même chose. Heinz Siegenthaler, également député au Grand Conseil bernois, a lui parlé de «tendances brunes» et de dictature partisane dans son parti.

Demandes d'exclusion du parti

Un point de vue que tous les UDC ne partagent pas. Des demandes ont été déposées auprès de la direction pour exclure du parti les deux conseillers fédéraux. Il y a même des propositions pour que les sections bernoise et grisonne soient bannies de l'UDC suisse, précise le porte-parole de l'UDC Alain Hauert.

La question est de savoir qui est compétent pour décider de telles exclusions. Des membres du parti peuvent être exclus par les sections cantonales, dit M. Hauert. «Nous étudions actuellement si le parti suisse a aussi cette compétence».

L'examen est mené par le conseiller national Pirmin Schwander (SZ), également président de l'ASIN. Reste à savoir si c'est aussi lui qui s'occupera de traiter la demande de Treiten (BE). Les demandes seront soumises ensemble aux délégués du parti avec la recommandation du comité directeur.

Il n'y a pas urgence, selon M. Schwander. C'est pourquoi, les propositions ne sont pas à l'ordre du jour de l'assemblée du 1er mars. Elles devraient être discutées le 5 avril seulement. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!