Réforme: Widmer-Schlumpf pour une fiscalité écologique
Actualisé

RéformeWidmer-Schlumpf pour une fiscalité écologique

la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf veut mettre en place des «déductions fiscales à but écologique».

Le Conseil fédéral planchera à la rentrée sur le passage à des taxations individuelles en matière écologique.

Le Conseil fédéral planchera à la rentrée sur le passage à des taxations individuelles en matière écologique.

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf veut mettre sur pied une réforme fiscale écologique. La ministre des finances a expliqué à la «NZZ am Sonntag» que la Suisse ne pourra renoncer à l'énergie nucléaire sans mettre en place un système d'incitations financières. Elle plaide donc pour la création d'un programme d'encouragement pour des actions d'économies d'énergie. Il pourrait être financé par la suppression de déductions fiscales qui n'ont pas d'effet écologique.

Nous devons avoir le courage de remédier aux lacunes actuelles, a plaidé Eveline Widmer-Schlumpf. Elle a annoncé qu'après les vacances d'été, le Conseil fédéral va présenter un plan pour le passage à la taxation individuelle. Elle est cependant opposée à l'idée qui avait été lancée d'une taxe incitative sur la bière et le vin car elle la considère comme problématique du point de vue du droit constitutionnel.

Electriciens au Palais fédéral

Au Palais fédéral à Berne, une réunion a eu lieu vendredi dernier avec les présidents et les directeurs des grandes sociétés d'électricité Axpo, Alpiq et FMB, a découvert le journal dominical alémanique. Ils ont débattu de l'abandon de l'énergie nucléaire décidée par le Conseil fédéral. Dans un tel cas, ils demandent à être déliés de leur obligation légale en matière d'approvisionnement en électricité et ne veulent plus prendre de responsabilité en cas de coupures de courant.

Pour les grandes sociétés d'électricité, la question de prendre la responsabilité d'un approvisionnement décentralisé en énergie se pose, selon un document interne à cette réunion que s'est procuré la «NZZ am Sonntag». Le département de Doris Leuthard n'a pas voulu prendre position sur le contenu de cette rencontre, a noté le journal dominical.

Pour sa part, le Parti libéral-radical apporte un nouvel élément au dossier. Lors du vote au Conseil national sur la sortie du nucléaire, les représentants du PLR s'étaient abstenus. Aujourd'hui, le conseiller aux Etats Rolf Büttiker a lancé une proposition de compromis pour le débat devant la Chambre des cantons: il est prêt à voter pour la sortie du nucléaire si le peuple peut rapidement voter sur cette question. (ap)

Ton opinion