Entreprises suisses: WikiLeaks publie une liste de sites à protéger
Actualisé

Entreprises suissesWikiLeaks publie une liste de sites à protéger

WikiLeaks a publié une liste secrète de sites sensibles à travers le monde que les Etats-Unis veulent protéger d'attaques terroristes. Des entreprises suisses figurent sur cette liste.

Le site WikiLeaks a publié un câble du département d'Etat datant de février 2009, qui demande aux représentations diplomatiques américaines de recenser les infrastructures et entreprises dans le monde «dont la perte affecterait de manière significative la santé publique, la sécurité économique et/ou la sécurité nationale des Etats-Unis».

Dans cette liste publiée dans la nuit de dimanche à lundi et qui couvre de nombreux pays, figurent des câbles sous-marins de télécommunications, des ports, des mines et des entreprises fabriquant notamment des produits pharmaceutiques importants pour la santé publique.

Entreprises pharmaceutiques

Cette liste, qui contient des centaines de sites et infrastructures sensibles, couvre tous les continents. Outre des infrastructures stratégiques, elle recense entre autres le canal de Panama, une mine de cobalt au Congo, d'autres mines en Afrique du Sud ou en Amérique latine ainsi que des entreprises pharmaceutiques dans plusieurs pays.

Concernant la Suisse, la liste cite le groupe pharmaceutique Roche, producteur du Tamiflu (grippe porcine), la société Berna Biotech, productrice de vaccins contre la fièvre typhoïde, et le groupe CSL Behring, qui produit de l'immunoglobuline intraveineuse (anticorps).

En France, la liste cite les groupes pharmaceutiques EMD Pharms, Sanofi-Aventis, GlaxoSmithKline, Diagast (réactifs pour les groupes sanguins) ou encore Sanofi Pasteur à Lyon qui produit, précise la liste, des vaccins contre la rage. Elle évoque aussi le groupe industriel Alstom et les points d'arrivée de câbles de télécommunication transatlantiques, à Plérin et Lannion.

Selon le télégramme du Département d'Etat, «il n'a pas été demandé (aux diplomates américains) de consulter les gouvernements locaux pour établir la liste».

«Irresponsable et criminel»

Pour Malcolm Rifkind, ancien secrétaire d'Etat britannique à la Défense et aux Affaires étrangères, l'attitude de WikiLeaks est «irresponsable» dans la mesure où cette liste peut aider des groupes terroristes.

«C'est une preuve de plus qu'ils (WikiLeaks) ont un comportement irresponsable, presque criminel. C'est le genre d'informations qui intéressent les terroristes», a-t-il déclaré dans le Times de Londres.

WikiLeaks, site créé par l'Australien Julian Assange, spécialisé dans la révélation de documents secrets, a commencé le 28 novembre la diffusion progressive de 251.287 télégrammes diplomatiques américains. (ats)

Ton opinion