«20 minutes» aux États-Unis: Wilmington a fêté son champion qui a battu le président
Publié

«20 minutes» aux États-UnisWilmington a fêté son champion qui a battu le président

La foule s’est rassemblée dans l’espoir d’apercevoir Joe Biden donner son discours de victoire. Pour beaucoup (et pour nous), c’était râpé, mais c’était surtout pour l’ambiance.

par
Yannick Weber, Wilmington

L’attente a pris fin samedi peu avant midi: Joe Biden, habitant star de la petite ville de Wilmington dans le Delaware, a fini par être annoncé gagnant par les médias américains, repris illico par ceux du monde entier. Les rues se sont tranquillement animées, de klaxons et de passants qui se congratulaient pour «l’avoir fait». «We did it».

Assez vite, le mot s’est répandu: Joe, car on l’appelle par son prénom ici, allait faire un discours. «Joe est déjà venu?» a demandé un homme à une femme sur les lieux, dans l’après-midi. «Non, il vient à 20h», l’a-t-elle rassuré.

La migration de masse a commencé: à la nuit tombée, c’était un défilé tranquille d’une foule qui se massait autour des barrières dressées autour du parking où Biden allait faire son discours drive-in. Car on peut le dire tout de suite: approcher de la zone était facile, mais y entrer, c’était une autre affaire.

On vous avait préparé cette vidéo juste avant que ne parle le futur président. Mais le réseau était saturé et on n’a pas pu l’envoyer pour la publier. Tant pis, on vous la remet.

Une main, c’est déjà bien

Peu importe: ils voulaient être là. Quitte à voir le prochain président à travers un écran géant (lui-même souvent vu à travers l’écran du smartphone de la personne devant soi; un peu comme à un concert à Paléo, en somme). Un léger frisson et des cris quand un cortège de voiture est passé juste derrière les grillages et que, de l’une d’elle, une main saluait la foule. C’est, probablement, la seule chose du président qu’on aura vue de nos propres yeux: sa main, mais c’est déjà bien.

La vice-présidente Kamala Harris a parlé, puis Joe Biden est arrivé. Le discours, entrecoupé des cris de la foule, n’a pas vraiment cassé des briques, on a surtout entendu les refrains habituels. Mais chaque mention des minorités a provoqué la clameur parmi ces habitants de Wilmington dont la majorité est afro-américaine. Une fois le discours terminé, la migration de masse s’est remise en marche à l’envers, sous le couronnement du feu d’artifice. Court mais intense: il en aura mis plein la vue, on est loin des feux du Premier août.

À Wilmington, en tout cas, les gens ne sont pas venus pour célébrer le Démocrate qui a battu Donald Trump. Ils sont venus pour célébrer Joe Biden.

Ton opinion

294 commentaires