Télécommunications: World Telecom 2009 ouvre ses portes «au bon moment»
Actualisé

TélécommunicationsWorld Telecom 2009 ouvre ses portes «au bon moment»

World Telecom 2009, 11e édition du salon international des technologies de l'information (TIC), s'est ouvert lundi à Genève jusqu'à vendredi.

Quelque 450 exposants, plus de 400 chefs d'entreprises, et 300 jeunes de 150 pays vont participer à l'événement, qui arrive «au bon moment», celui de la reprise.

«L'utilisation des technologies de l'information (TIC) peut ouvrir la porte à une économie plus verte», a indiqué à Genève le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon.

Lors de la cérémonie d'ouverture du 11e World Telecom, Ban Ki- moon a estimé que l'événement est «une opportunité unique pour les leaders des secteurs des technologies de l'information. «Ils devraient participer à la relance du commerce mondial et stimuler de nombreux marchés par l'innovation».

D'un Telecom à l'autre

Maître de cérémonie, Hamadoun Touré, secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications (UIT), a souligné que le salon genevois arrive «au bon moment», alors que la reprise mondiale semble s'amorcer.

Un monde bien différent s'est imposé depuis la tenue du précédent Telecom genevois, en 2003. «Il y avait alors un milliard d'abonnés au téléphone mobile dans le monde, ils seront 4,6 milliards fin 2009», a expliqué M. Touré.

On dénombre aujourd'hui 1,8 milliard d'utilisateurs d'internet dont la moitié à haut débit. «Les TIC génèrent de nouvelles formes de consommation», a expliqué Jianzhou Wang, président de China Mobile, premier opérateur mondial de télécommunications.

Inconnu il y a dix ans en Chine, le téléchargement de musique par téléphone mobile «connaît un succès dépassant toutes les ventes en magasins», a imagé le président de China Mobile. Le groupe dit assumer la transmission de 1,8 milliard de SMS chaque jour.

Pour autant, M. Wang a aussi relevé le défi écologique qui sera cette semaine au coeur des discussions de World Telecom. «Notre industrie doit participer à la réduction des coûts énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre», a-t-il estimé.

Défi pour la Suisse

L'autre défi de World Telecom 2009 concerne directement Genève et la Suisse. «Sans les autorités genevoises, Telecom n'aurait pas eu lieu cette année», a rappelé Hamadoun Touré. «Nous travaillons déjà pour 2011, à l'organisation du 40e anniversaire de la création de Telecom à Genève».

Un enjeu que Moritz Leuenberger, conseiller fédéral en charge de la communication (DETEC) a lui aussi relevé. «On ne peut qu'être satisfaits de garder l'organisation de ce salon à Genève car il souligne l'importance de la Genève Internationale».

Devant la presse, le chancelier genevois, Robert Hensler a relevé lui un autre symbole. «C'est la première fois dans l'histoire de Telecom que l'on annonce, dès l'ouverture, où se tiendra la prochaine édition». L'UIT, l'Etat de Genève, Palexpo vont collaborer pour «transformer World Telecom en 2011».

La Suisse a deux ans pour réussir à convaincre les absents, notamment les grands groupes européens, de participer à nouveau à l'événement genevois. Cette année, d'autres pays d'Asie, du Moyen- Orient ou d'Afrique n'ont pas raté l'occasion d'être là, exposants seuls ou sur des pavillons nationaux.

Dès la première journée, l'ambiance était studieuse dans les allées du salon genevois. Moins flamboyants que lors des précédentes éditions, les stands ont fait le plein de professionnels alors que 40'000 visiteurs sont attendus par les organisateurs.

(ats)

Ton opinion