Cyclisme: Wout Van Aert plus fort que le vent et le feu
Publié

CyclismeWout Van Aert plus fort que le vent et le feu

Le Belge a remporté Gand-Wevelgem, son troisième succès de la saison, malgré les rafales et un incendie qui a dévié la fin de course. Stefan Küng sixième.

Wout Van Aert passe la ligne d’arrivée en tête à Wevelgem.

Wout Van Aert passe la ligne d’arrivée en tête à Wevelgem.

AFP

Ni le vent, ni le feu n’auront eu raison de Wout Van Aert. Le Belge a étoffé un palmarès déjà bien fourni en remportant dimanche la classique Gand-Wevelgem, au sprint, devant les Italiens Giacomo Nizzolo et Matteo Trentin. Le Thurgovien Stefan Küng, qui faisait partie du groupe de tête, a terminé sixième.

La course dite «des éventails» n’a pas fait mentir la tradition. Le vent a provoqué de nombreuses bordures dès l’entame, faisant exploser le peloton en plusieurs morceaux. Un violent incendie dans une zone industrielle située proche de l’arrivée a par ailleurs obligé les organisateurs à modifier dans l’urgence une partie du final.

Mais il en fallait plus pour déstabiliser Van Aert qui a fait la course en tête dès les premiers des 253 kilomètres. Un groupe d’une trentaine de costauds s’est détaché à 180 km de la ligne. Des coureurs comme le Français Arnaud Démare, l’Allemand John Degenkolb, le Norvégien Alexander Kristoff et le Belge Greg Van Avermaet, cités comme candidats à la victoire, ont été piégés.

D’autres ont été plus attentifs. Parmi eux trois des favoris: Van Aert, l’Australien Michael Matthews et l’Irlandais Sam Bennett. Ce dernier, déjà vainqueur à cinq reprises cette saison, était désigné «homme à battre» au départ à Ypres en l’absence de quelques grands noms tels que Mathieu van der Poel, Julian Alaphilippe ou encore Peter Sagan.

Mais en étant le seul membre de la formation Deceuninck parmi les hommes de tête, le maillot vert du dernier Tour de France, se trouvait dans une situation très inconfortable.

Sans Trek ni Bora

Victime d’un coup de fatigue, il a fini par être lâché à 16 kilomètres de la ligne d’arrivée sur une accélération de Nathan Van Hooydonck, équipier de Van Aert. Du pain bénit pour ce dernier qui réglait au sprint un groupe de sept attaquants pour signer son troisième succès de la saison après ses victoires d’étapes dans Tirreno-Adriatico.

Vainqueur l’an passé de Milan-Sanremo et des Strade Bianche, le Belge âgé de 26 ans, triple champion du monde de cyclo-cross, sera l’un des favoris du Tour des Flandres dimanche prochain.

Seules 23 des 25 équipes prévues au départ ont pu disputer la course. En raison de cas de Covid-19 en leur sein, les formations Bora et Trek ont été interdites de départ. Trek possédait notamment des arguments pour un succès final avec la présence dans son effectif du Danois Mads Pedersen, vainqueur sortant, et du Belge Jasper Stuyven, qui vient de gagner Milan-Sanremo.

Autre fait notable, la salle de presse accueillant la centaine de journalistes couvrant la classique avait été installée dans une église, le local devant initialement accueillir les médias ayant été transformé en centre de vaccination. L’expression «Chez les Belges, le cyclisme, c’est sacré» prenait ainsi tout son sens.

(AFP)

Ton opinion