Actualisé 27.07.2011 à 16:04

Super LeagueXamax passe officiellement à l'Est

Il n'y a pas eu de surprise, jeudi à la Maladière. L'assemblée extraordinaire du club neuchâtelois a élu Andreï Rudakov à la présidence.

von
Marc Fragnière
Neuchâtel
Sylvio Bernasconi et Andreï Rudakov, de gauche à droite.

Sylvio Bernasconi et Andreï Rudakov, de gauche à droite.

Représentant de l'oligarque tchétchène Bulat Chagaev bizarrement absent, l'ancien joueur de Fribourg et Bulle fait désormais partie d'un conseil d'administration bicéphale en compagnie de la peu loquace vice-présidente Olga Danese. L'assemblée a validé ce choix. La majorité simple a été largement atteinte: seul un actionnaire, porteur de 3 titres s'est élevé contre cette décision approuvée très largement. «Comme en Tchétchènie,» a ajouté cyniquement le désormais ancien président Bernasconi.

Rudakov peu disert

A l'heure de s'exprimer face à la presse, le nouveau président s'est montré boutonné. La situation sportive précaire de Xamax ne permettant pas de tirer des plans sur la comète. A la question «et si Neuchâtel devait être relégué», Rudakov s'est fendu d'un «il n'y a pas de si» aussi cinglant que clair avant de lâcher : « les objectifs sont le maintien et la Coupe».

Intégrer des jeunes

Pour la suite, le président s'est montré plus vague, rappelant toutefois qu'à court terme l'objectif était de briguer le titre face à un adversaire comme Bâle, qui s'appuie sur un budget de 40 millions. « On compte reconstruire une équipe comme celle des années 80 (n.d.l.r : à cette période, Xamax avait obtenu deux titres et brillé en Coupe UEFA) ». Andreï Rudakov a encore précisé qu'il entendait également « intégrer de jeunes joueurs de la région ». Des propos qui rappellent ceux tenus en son temps par Sylvio Bernasconi mais qui sont restés lettre morte.

Bilan mitigé

A l'heure de tirer un bilan des 6 ans de présidence, l'entrepreneur des Geneveys-sur-Coffrane a relevé « l'amnésie des journalistes » quant à son travail d'assainissement du club. Il a ensuite estimé avoir passé de belles années à la tête de Xamax, regrettant de «lâcher le club dans les conditions sportives actuelles».

Ollé-Nicolle viré

Arrivé mi-septembre à la place de Jean-Michel Aeby, Ollé-Nicolle a ainsi pris la porte au lendemain de la défaite de Xamax à domicile contre Thoune (4-1). Au classement, le club rouge et noir n'est que 8e, à égalité de points avec le barragiste St-Gall et avec deux longueurs d'avance sur la lanterne rouge Bellinzone.

Réputé pour ses conceptions tactiques axées d'abord sur le renforcement de la défense, l'ancien entraîneur de Nice avait apporté une certaine assise à Neuchâtel Xamax. Mais sans pouvoir réellement l'extirper de la zone de relégation. Il a tout de même su mené son équipe en finale de la Coupe de Suisse, où Xamax affrontera Sion à Bâle le 29 mai. Challandes pourrait le remplacer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!