Histoire du Jeu vidéo: Xbox: Microsoft humilié en tentant de racheter Nintendo
Publié

Histoire du Jeu vidéoXbox: Microsoft humilié en tentant de racheter Nintendo

Revenant sur la genèse de la première console Xbox, un ancien de la firme américaine a raconté plus de 20 ans plus tard une rencontre humiliante avec Nintendo en vue de son acquisition.

Le développement de la toute première Xbox, lancée en 2001, a débuté en 1999.

Le développement de la toute première Xbox, lancée en 2001, a débuté en 1999.

dr

Le marché du jeu vidéo serait aujourd’hui bien différent si une offre de Microsoft avait été acceptée par Nintendo à l’époque. Il y a plus de vingt ans, le géant technologique américain a en effet tenté de racheter divers éditeurs en vue du lancement de sa toute première console Xbox, appelée en interne Windows Entertainment Platform et connue sous le nom de code Midway. Et dans le lot figurait aussi le géant nippon, rapporte l’agence Bloomberg, qui a publié un historique consacré aux 20 ans de la console Xbox en recueillant divers témoignages.

Après avoir approché l’éditeur Electronic Arts sans succès, la firme de Redmond a tenté d’acquérir Nintendo. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu, comme le raconte Kevin Bachus, directeur des relations avec les éditeurs tiers: «Steve (ndlr: Ballmer, ex-patron de Microsoft de 2000 à 2014) nous a fait rencontrer Nintendo pour voir s’ils envisageaient de se faire racheter. Ils étaient pétés de rire. Imaginez une heure pendant laquelle quelqu’un se moque de vous. C’est un peu comme ça que s’est passée cette réunion.»

L’histoire ne s’arrête pas là: «En janvier 2000, Nintendo était dans notre bâtiment pour régler les détails d’une joint-venture et nous leur avons donné toutes les spécifications techniques de la Xbox. Le pitch était que leur matériel était mauvais et par rapport à la PlayStation c’était vrai. L’idée était donc la suivante: «Écoutez, vous êtes bien meilleurs dans les parties de jeu avec Mario et tout le reste. Pourquoi ne pas nous laissez nous occuper du matériel?» Mais ça n’a pas marché», a expliqué quant à lui Bob McBreen, ancien responsable du développement commercial chez Microsoft.

Parmi les autres tentatives vaines figurent aussi le rachat manqué de Squaresoft, devenu ensuite Square Enix («Final Fantasy»), ou encore Midway Games («Mortal Combat»), rapporte Bloomberg. Heureusement, celle du studio Bungie, à l’origine de «Halo», devenu ensuite un best-seller et une exclusivité Xbox, est par contre allée à bon port. Plus récemment, Microsoft s’est offert ZeniMax Media, maison mère de l’éditeur de jeux vidéo Bethesda («Doom», «Fallout», «Wolfenstein», etc.), pour 7,5 milliards de dollars.

(man)

Ton opinion

13 commentaires