Chine: Xi loue le rôle de Moscou et Pékin pour la paix

Actualisé

ChineXi loue le rôle de Moscou et Pékin pour la paix

Pour le président chinois, les relations russo-chinoises fonctionnent comme une «garantie de l'équilibre stratégique international».

Le président chinois Xi Jinping a estimé samedi que sa visite en Russie, qui s'est soldée par une trentaine d'accords, a dépassé «toutes les attentes». Il a loué le rôle joué, selon lui, par Moscou et Pékin pour assurer «l'équilibre international».

«Ma visite a atteint son but. Les résultats ont largement dépassé toutes mes attentes», a déclaré le président chinois, lors d'une rencontre avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

«Je suis très content», a souligné M. Xi, cité dans un communiqué du service de presse du gouvernement russe, alors qu'une trentaine d'accords notamment dans le pétrole et le gaz ont été conclus la veille à l'issue de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

Le président chinois, qui est arrivé à Moscou vendredi avec son épouse Peng Liyuan pour une visite de trois jours, a précisé avoir choisi la Russie pour son premier déplacement à l'étranger «afin de montrer l'importance particulière» des relations russo-chinoises.

Russie contente

«Le temps passe, beaucoup de choses dans le monde changent, mais les relations russo-chinoises ne font que se renforcer et se développer», a renchéri M. Xi qui qualifie M. Medvedev et M. Poutine de ses «vieux amis».

De son côté, le Premier ministre russe s'est félicité de «nouveaux résultats importants» obtenus dans le cadre de cette visite intervenue quelques jours après l'investiture de M. Xi comme président de la République populaire.

«Tout cela apporte une contribution considérable dans le développement de nos relations, et nous en sommes ravis», a déclaré M. Medvedev.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois ont déjà affiché vendredi des relations au beau fixe, le chef d'Etat russe ayant salué cette «visite historique avec des résultats positifs».

Plusieurs accords

Vendredi, la Russie et la Chine se sont mises d'accord notamment sur une augmentation des ventes de pétrole par le groupe pétrolier russe Rosneft au chinois CNPC, ainsi que sur une coopération sur huit blocs d'exploration au total dans l'Arctique russe.

De son côté, le géant gazier russe Gazprom a signé un accord avec CNPC en vue de livrer à la Chine à compter de 2018 un volume de 38 milliards de mètres cubes de gaz par an.

La Russie et la Chine affichent également une unanimité parfaite sur les grands dossiers internationaux, faisant front commun contre ce qu'ils qualifient d'ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, notamment la Syrie.

«Nos relations sont les meilleures parmi celles entre les pays», a déclaré samedi M. Xi, lors d'un discours à Moscou.

Appel par Xi

«Ces relations fortes servent de garantie importante et solide de l'équilibre international», a-t-il souligné.

Le président chinois a appelé les deux pays à «renforcer davantage leur coopération stratégique sur la scène internationale (...) afin d'assurer la paix et la stabilité» dans le monde.

«Nous devons toujours être de bons voisins, de bons amis et des partenaires fiables», a-t-il ajouté.

«Il faut respecter le droit de tous les pays du monde de choisir eux-mêmes leur voie de développement», a insisté samedi M. Xi, faisant écho à la position officielle de Moscou.

Vote récent

Plus tard, le président chinois a rencontré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

Les deux responsables ont affiché une «convergence totale de leurs opinions» sur les questions de la sécurité internationale, a déclaré un vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, à l'agence publique Ria-Novosti.

Le président chinois est également devenu le premier dirigeant étranger à avoir visité le Centre de contrôle opérationnel des forces armées russes, accompagné de M. Choïgou.

M. Xi s'était également entretenu dans la matinée avec le président de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Sergueï Narychkine.

La Russie, seule grande puissance à entretenir encore des liens étroits avec la Syrie, et la Chine ont bloqué jusqu'ici tous les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU - dont ils sont membres permanents, avec droit de veto - condamnant le président syrien Bachar al-Assad. (ats)

Ton opinion