Politique vaudoise: Y a-t-il encore un municipal dans le canton?
Actualisé

Politique vaudoiseY a-t-il encore un municipal dans le canton?

Les départs sont de plus en plus fréquents dans les exécutifs communaux. Le Canton planche sur le problème.

par
Sébastien Jost

La tâche de municipal découragerait-elle les Vaudois? Les chiffres semblent l'indiquer. Depuis 2006, 216 élections complémentaires ont dû être organisées selon la Nouvelle Revue. Prochaines villes à mettre sur pied un scrutin pour remplacer un membre de l'exécutif qui part: Yverdon et Renens.

Dans la première commune, où la campagne vient de démarrer sur les chapeaux de roues, le syndic quitte sa fonction pour des raisons professionnelles. Dans la seconde, où les candidats commencent à se faire connaître, un municipal a claqué la porte à la suite de tensions persistantes avec son équipe.

Le Canton cherche des solutions à ces nombreux départs. «La fusion de communes en est une, note Eric Golaz. Sur les 800 villages de moins de 500 habitants que compte la Suisse, le quart sont situés dans le canton de Vaud.» Chef du Service des communes et des relations institutionnelles, il indique que l'amélioration de la rémunération des municipaux pourrait aussi jouer un rôle.

Pour le spécialiste, la difficulté croissante à concilier obligations professionnelles et engagement politique favorise les démissions. «Le monde du travail est de plus en plus exigeant, explique Eric Golaz. Et la charge de municipal demande beaucoup d'investissement. Dans les petites communes, les élus doivent souvent tout faire eux-mêmes.»

Ton opinion