Coupe du monde: Pour Yakin, «avec un peu plus de courage, devant, on aurait pu faire mieux…»

Publié

Qatar 2022Yakin: «Avec un peu plus de courage, devant, on aurait pu faire mieux…»

Le sélectionneur rumine un regret. Il évoque l’absence de Shaqiri. Et il pense déjà à la Serbie, vendredi. Un nul devrait suffire pour que la Suisse passe en huitième de finale.

par
Daniel Visentini
(Doha)
Le visage fermé, la bouche pincée. Murat Yakin a cru que la Suisse passerait entre les gouttes. Mais le Brésil a fait la différence sur la fin.

Le visage fermé, la bouche pincée. Murat Yakin a cru que la Suisse passerait entre les gouttes. Mais le Brésil a fait la différence sur la fin.

AFP

Après la défaite face au Brésil, la Suisse devra jouer sa qualification vendredi contre la Serbie. Retrouvailles tumultueuses en vue, eu égard au passif d’il y a quatre ans, les provocations serbes, la réponse sur le terrain avec Xhaka, Shaqiri et l’affaire de l’aigle bicéphale mimé. Les tensions attendront. La Suisse devrait pouvoir se contenter d’un nul, pour autant que le Cameroun ne batte pas les Brésiliens dans le même temps. Mais pour l’heure, Murat Yakin rumine cet exploit seulement caressé: ne pas plier devant le Brésil.

Murat Yakin, comment vous sentez-vous après cette défaite face au Brésil?

Le plan de match a fonctionné très longtemps. Nous avons le plus souvent bien contrôlé l’adversaire, même si ce n’était pas simple face à une telle équipe. Mais tout était possible, longtemps. Avec un peu plus de courage devant, nous aurions pu faire mieux.

Parlez-nous de ce courage qui a manqué.

Beaucoup de choses qui ont été faites étaient justes. Mais arrivé devant, pour trouver par exemple Embolo dans la profondeur, il a manqué la dernière impulsion.

Et vous n’aviez pas Shaqiri à disposition: sa blessure à la cuisse vous a obligé à revoir vos plans, puisqu’il devait commencer, non?

En fin de séance, dimanche, il a ressenti quelque chose à la cuisse. Nous avons fait un test ce lundi matin, mais il n’était pas à 100% et nous ne voulions pas prendre de risque en songeant au match contre la Serbie. Oui, il devait commencer et il nous a manqué en phase offensive. Par ses inspirations géniales, ou sa rapidité d’exécution pour trouver une faille, il nous aurait fait du bien dans les transitions.

Il y a ce match contre la Serbie désormais, décisif pour une place en huitième de finale, comment vous projetez-vous?

Ce sera un match complètement différent. Je veux voir d’abord si je peux récupérer les joueurs blessés qui ont manqué ce lundi, Shaqiri et Okafor. Après, nous avons de quoi imposer notre jeu, davantage que face au Brésil. Nous serons prêts. Concentrés seulement sur le football. Le reste, cela ne m’intéresse pas.

Ton opinion

6 commentaires