Actualisé 07.06.2006 à 19:22

Yann Lambiel pris en «Délit de Suisse»

Le festival d'humour Morges-sous-Rire entame les festivités ce soir. C'est l'imitateur Yann Lambiel qui ouvre le bal avec son nouveau spectacle.

– Qu'est-ce qu'un «Délit de Suisse»?

– Ah, mon Dieu! C'est un jeu de mots bête que j'ai utilisé pour trouver un titre au spectacle. En fait, cela aurait dû s'appeler «Sauver la Suisse»: des banquiers, des militaires, du Conseil fédéral, de l'extrême droite, des capitaux des stars françaises qui fuient le fisc...

– Quelles personnalités vont passer au crible de vos imitations?

– Je fais un tour d'horizon des hommes politiques et du moment: Couchepin, Brélaz, Leuenberger... Je joue une séance du Conseil où ils essaient le cannabis pour mieux en débattre... Mais, mon préféré, c'est Brélaz. Et les gens l'attendent.

– Comment les politiques réagissent-ils?

– Plutôt bien. Mais ils préfèrent toujours les imitations des autres! En même temps, ça leur fait de la pub: ils s'arrangent pour dire une ânerie et on s'arrange pour en parler dans «La soupe» et à Morges.

– Pourquoi choisir Morges-sous-Rire pour enregistrer le DVD de «Délit de Suisse»?

– J'ai commencé ici, à Beausobre, j'habite ici. Et le rapport au public est génial.

– Faites-vous encore rire votre épouse?

– Quand elle a vu le spectacle 50 fois, c'est bon, elle l'a vu (rires)! Mais c'est une bonne critique, elle a le recul suffisant pour me dire quand c'est mauvais.

Elsa Duperray

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!