Cambriolage à Paris: Youn implore ses voleurs sur Twitter
Actualisé

Cambriolage à ParisYoun implore ses voleurs sur Twitter

Le comédien Michaël Youn, dont l'appartement a été cambriolé, a imploré les voleurs de lui rendre certains objets personnels sur Twitter.

Capture d'écran de Twitter, sur lequel Michaël Youn lance un message à ses cambrioleurs pour récupérer quelques effets personnels.

Capture d'écran de Twitter, sur lequel Michaël Youn lance un message à ses cambrioleurs pour récupérer quelques effets personnels.

Le comédien Michaël Youn, dont l'appartement parisien a été cambriolé dans la nuit du réveillon, a demandé lundi aux voleurs, via Twitter, de lui rendre certains objets personnels «sans aucun intérêt» pour eux, assurant qu'il serait «reconnaissant».

Actuellement en vacances, le comédien a annoncé sur le site de micro-blogging Twitter que son appartement situé dans le XVIIIe avait été cambriolé dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, une information confirmée de source policière.

Plusieurs objets de valeur, des écrans plat, des ordinateurs, des montres de luxe, ont été dérobés par les voleurs qui sont également repartis avec la voiture du comédien selon le Parisien, qui a révélé l'information.

«Beaucoup d'objets de valeur ont disparu mais peu importe...», écrit le comédien sur Twitter.

«En revanche, quelques objets, d'une grande valeur sentimentale et sans aucun intérêt pour les cambrioleurs, nous ont été dérobés. Alors... Je tente... On sait jamais...(...) Je tente de faire appel aux cambrioleurs», explique-t-il.

«Rendez-(nous) les souvenirs que (nous) ne pourrons jamais remplacer. Il (vous) suffit de les envoyer à notre adresse (je crois que vous la connaissez)», poursuit le comédien.

«3 disques durs, 2 disques d'or et 1 NRJ award, ça devrait pas trop (vous) priver à (côté) des centaines de milliers d'euros que je (vous) ai +offerts+ le 31», ironise encore le comédien, «alors faites un (petit) geste, rendez ce que, de (toute) façon, (vous) ne pourrez pas revendre... Je serai reconnaissant». (afp)

Ton opinion