Attentats de Paris: Younes Abaaoud, 15 ans, de retour pour se venger?
Actualisé

Attentats de ParisYounes Abaaoud, 15 ans, de retour pour se venger?

Le petit frère d'Abdelamid Abaaoud aurait quitté la Syrie et serait en train de revenir en Europe, où il prévoirait de prendre sa revanche après la mort de son aîné.

par
joc

Annoncé mort début février, Younes Abaaoud serait toujours en vie. «Paris Match», qui a pu consulter une note d'Interpol, rapporte que l'adolescent de 15 ans est sur le point de rentrer de Syrie et de revenir en Europe. Il aurait l'intention de venger la mort de son frère, Abdelamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats de Paris abattu le 18 novembre 2015 à Saint-Denis. Embarqué en Syrie par son aîné en janvier 2014, Younes Abaaoud est étroitement suivi par les services antiterroristes belges depuis lors. Il aurait été récemment localisé en Arabie saoudite.

Le document d'Interpol évoque un coup de téléphone passé par l'adolescent depuis Jeddah, le 18 février dernier. Younes Abaaoud s'est entretenu avec sa soeur, Yasmina: «J'arrive à 10 heures», lui aurait dit le jeune homme. Younes Abaaoud n'avait que 13 ans quand son aîné est venu le chercher devant son école de Molenbeek pour l'emmener en Syrie. Là-bas, les deux frères ont intégré la Katiba Al-Battar (Epée des prophètes) menée par des Libyens. Ils se sont ensuite illustrés sur les réseaux sociaux avec des mises en scènes macabres. Younes Abaaoud, surnommé «le lionceau du califat», est présenté comme le plus jeune jihadiste étranger de Daech.

Un retour déjà évoqué

Interpol décrit le terroriste comme un «tueur», un «guerrier-jihadiste», un individu «à arrêter et mettre en détention aussitôt». L'organisation estime que l'adolescent pourrait avoir changé d'apparence et qu'il est possible qu'il voyage avec de faux papiers d'identité. Contacté par «Paris Match», le Ministère de l'Intérieur a démenti avoir eu connaissance de cette note d'Interpol. Quelques jours après la mort d'Abdelamid Abaaoud, le retour en France de son petit frère avait déjà été annoncé, rappelle «L'Obs».

Le 3 décembre, un compte Facebook tenu par des soutiens de jihadistes avait publié un cliché de Younes Abaaoud, rebaptisé Abû Mansûr: «Abu Omar al-Soussi (ndlr: nom islamiste d'Abdelhamid Abaaoud) est mort en martyr, mais son frère est toujours en vie. Nous sommes en route vers vous, adorateurs de la croix», pouvait-on lire. Dans son testament publié début février par le magazine de propagande Dar al-Islam, Abdelamid Abaaoud avait évoqué son petit frère: «Soyez comme des grands frères pour Abû Mansûr, encadrez-le dans le bien afin qu'il devienne un lion du tawhîd par la science islamique et militaire.»

Possible lien avec les attaques de Bombay

Le parquet autrichien a annoncé lundi qu'il allait enquêter sur un possible lien entre un Pakistanais détenu dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, et les attentats de Bombay de novembre 2008, même si «rien ne confirme» cette hypothèse à ce stade. Ce Pakistanais avait été arrêté à Salzbourg le 10 décembre avec un Algérien de 28 ans, tous deux munis de faux passeports syriens.

Ton opinion