Elections neuchâteloises: Yvan Perrin en lice à la Côte-aux-Fées
Publié

Elections neuchâteloisesYvan Perrin en lice à la Côte-aux-Fées

L’ancien conseiller national et conseiller d’Etat neuchâtelois, membre désormais de l’UDC vaudoise, se présente au Conseil général de sa commune sous les couleurs de l’Entente.

Yvan Perrin, ici en juillet dernier. 

Yvan Perrin, ici en juillet dernier.

KEYSTONE

Environ 1400 personnes sont candidates pour décrocher un siège le 25 octobre dans un Conseil général des 27 communes neuchâteloises. A la Côte-aux-Fées, Yvan Perrin, désormais membre de l’UDC vaudoise, est candidat de l’Entente.

Le pourcentage des candidatures féminines pour les futurs Conseils généraux reste peu élevé: 30,7% selon un calcul d’Arcinfo. Dans le canton de Neuchâtel, le législatif compte entre 11 et 41 membres, selon la grandeur des communes.

Dans six communes, à savoir Le Cerneux-Péquignot, La Chaux-du-Milieu, Brot-Plamboz, Cortaillod, Cornaux et Lignières, l’élection est tacite, le nombre de candidats n’étant pas supérieur aux sièges. A Cortaillod, une élection complémentaire sera nécessaire car les candidats sont trop peu nombreux, par rapport aux sièges à repourvoir (41 pour le législatif et 5 pour l’exécutif).

Dans plusieurs villages, il existe des listes d’entente, à côté des partis traditionnels. A la Côte-aux-Fées, aucun parti politique n’y est organisé, hormis l’Entente, une liste villageoise. L’ex-conseiller national Yvan Perrin, qui a quitté l’UDC neuchâteloise pour rejoindre la section vaudoise, en est candidat. S’il est élu, il pourrait être désigné par le législatif pour siéger à l’exécutif.

En grande majorité à la proportionnelle

L’élection des législatifs communaux neuchâtelois se fait majoritairement à la proportionnelle. Dans sept communes, les conseils généraux sont élus à la majoritaire. A cause d’une modification de la loi, l’apparentement des listes au niveau communal et cantonal n’est plus possible.

En ville de Neuchâtel, en raison de la fusion, un siège est au moins garanti au Conseil général pour chaque commune fusionnée (Peseux, Corcelles-Cormondrèche, Valangin) pendant deux législatures.

(ATS/NXP)

Ton opinion