Procès de la ZAD à Nyon (VD) – «C’est une victoire pour nous et un désaveu pour le ministère public»

Publié

Procès de la ZAD à Nyon (VD)«C’est une victoire pour nous et un désaveu pour le ministère public»

Le Tribunal de la Côte n’a pas suivi les réquisitoires du Ministère public vaudois concernant les sept zadistes poursuivis après l’occupation et l’évacuation mouvementée de la colline du Mormont. Les jeunes activistes crient victoire.

Zadistes d’un côté, agents anti-émeutes et policiers de l’autre. Ce face à face qui pouvait faire naître des étincelles a débouché sur une ambiance de kermesse avec des jeunes qui chantent et dansent devant des forces de l’ordre flegmatiques. Sur les sept prévenus zadistes jugés lundi au Tribunal de la Côte à Nyon (VD), dix mois après l’évacuation de la colline du Mormont, deux risquaient la prison. Il n’en a rien été. Le «mobile honorable», c’est-à-dire la légitimité de sonner la révolte face à l’urgence climatique, a été retenu dans la plupart des cas.

«Tout le monde a été au moins partiellement acquitté. Une personne a été indemnisée pour conditions de détention indignes. Contrairement à ce que clamait le ministère public, les oppositions de zadistes inconnus sont recevables», jubilent les zadistes qui ont reçu le soutien de La Grève du Climat.

Comme le demandaient les avocats de la défense, l’accusation de violation de domicile n’a pas été retenue, puisque propriétaire du site qui était occupé d’octobre 2020 à mars 2021, le cimentier Holcim a retiré sa plainte. La prévention d’insoumission à une décision de l’autorité a également été abandonnée.

Une ambiance inhabituelle a régné devant le Tribunal de Nyon lundi. Les zadistes ont salué l’abandon des principales charges retenues contre leurs sept camarades.

Une ambiance inhabituelle a régné devant le Tribunal de Nyon lundi. Les zadistes ont salué l’abandon des principales charges retenues contre leurs sept camarades.

apn

«Un désaveu quasi total pour le Ministère public»

Contacté par 20 minutes après le délibéré, un représentant du Ministère public avait la mine des mauvais jours. «No comment», a-t-il répondu. La défense, elle, était de très bonne humeur. «C’est une victoire quasi totale pour nous et un désaveu quasi total pour le ministère public. On passe d’un réquisitoire de prison ferme à une peine pécuniaire avec sursis. Le mobile honorable a été retenu», a jubilé Me Philippe Currat, avocat d’une étudiante alémanique.

Dans ce procès où on a vu un prévenu en short et t-shirt à manches courtes et son avocate portant des baskets, le match n’est probablement pas terminé. Il ne serait pas surprenant, en effet, que le Ministère public ait envie de jouer les prolongations au Tribunal cantonal.

(apn)

Ton opinion