Actualisé 27.02.2011 à 13:54

Crise en Libye«Zaouiyah est libre comme Benghazi»

La ville située à 50 km à l'ouest de Tripoli est sous contrôle des rebelles qui ont hissé leur drapeau sur un bâtiment du centre-ville.

Zaouiyah est un lieu stratégique pour Mouammar Kadhafi car c'est la dernière grande ville avant Tripoli.

Le contrôle de la cité, qui abrite une raffinerie de pétrole, a fait l'objet d'une lutte violente et sans répit depuis plusieurs jours entre les rebelles et des militaires et mercenaires de Kadhafi.

Moustafa, un homme rencontré dans le centre-ville, a fait état de sept morts et de nombreux blessés dans les derniers combats. Un autre habitant, joint plus tôt par téléphone, a rapporté que les affrontements avaient fait une cinquantaine de morts dans la nuit de samedi à dimanche.

«L'artillerie lourde était montée sur un véhicule et ils (les forces fidèles à Kadhafi) ont réuni de manière indistincte des habitants sur la place. Des jeunes, des enfants, des personnes âgées et des femmes sont morts», a indiqué dans la nuit Ibrahim, âgé de 45 ans.

Traces de combats

Lorsque la journaliste de Reuters est arrivée sur place, en milieu de journée, la ville portait les traces de violents combats, avec des bâtiments et voitures incendiés et des façades criblées de balle.

À côté d'un bâtiment où flottait le drapeau rouge-vert-noir de la rébellion, une foule de plusieurs centaines de personnes criait : «C'est notre révolution».

«Zaouiyah est libre comme Misrata et Benghazi», a dit Moustafa. «Kadhafi est fou. Ses hommes nous ont tiré dessus avec des lance- roquettes», a-t-il affirmé.

Un autre homme, Chaouki, a demandé «une aide extérieure». «Nous n'allons jamais employer la force ou blesser quelqu'un. Nous voulons juste des droits civiques (...) Il doit partir. Il n'y a pas d'autre solution», a-t-il dit.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!