Nucléaire iranien: : Zarif: «Jamais aussi proches d'un accord»
Actualisé

Nucléaire iranien: Zarif: «Jamais aussi proches d'un accord»

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré vendredi que l'Iran et les grandes puissances du groupe 5 1 n'avaient jamais été «aussi proches» d'un accord durable sur le dossier du nucléaire.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui n'a pas quitté la capitale autrichienne depuis une semaine, s'est de nouveau entretenu avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui n'a pas quitté la capitale autrichienne depuis une semaine, s'est de nouveau entretenu avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a déclaré vendredi que l'Iran et les grandes puissances n'avaient jamais été «aussi proches» d'un accord sur le nucléaire, en appelant à la coopération contre les défis communs notamment l'extrémisme. «Malgré certaines différences, nous n'avons jamais été aussi proches d'un accord durable», a déclaré M. Zarif tout en ajoutant, dans un message vidéo diffusé sur Youtube: «néanmoins un accord n'est pas certain».

M. Zarif, qui a dénoncé «les sanctions les plus injustes imposées» contre l'Iran qui ont frappé «les gens innocents», a affirmé que les grandes puissances doivent «prendre une décision historique» et choisir entre un accord et les pressions. Les discussions entre experts s'intensifient à Vienne, en attendant le retour, à partir de dimanche soir, de tous les chefs de la diplomatie, censés faire les ultimes arbitrages politiques pour tenter d'avoir un accord d'ici le 7 juillet.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui n'a pas quitté la capitale autrichienne depuis une semaine, s'est de nouveau entretenu avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. «Nous avons des questions difficiles, mais il y a un authentique effort» de toutes les parties, a déclaré M. Kerry. «Nous continuons à travailler. Ce soir, demain, dimanche. Très certainement, nous voulons, tous deux, essayer de voir si nous pouvons parvenir à une conclusion», a-t-il ajouté.

Dans son message vidéo, M. Zarif a également fait allusion à la menace de l'Organisation de l'Etat islamique qui a pris le contrôle d'une partie de l'Irak et de la Syrie, deux pays alliés de l'Iran dans la région. «Nous sommes prêts à ouvrir de nouveaux horizons pour affronter les défis importants et communs. Aujourd'hui, la menace commune est le développement rapide de l'extrémisme violent et de la barbarie sans limite», a déclaré M. Zarif. (afp)

Ton opinion