Zimbabwe: fraude électorale confirmée
Actualisé

Zimbabwe: fraude électorale confirmée

Une vidéo filmée en caméra cachée par un gardien de prison au Zimbabwe expose la façon dont les partisans du président Robert Mugabe ont truqué l'élection présidentielle.

Ce document a été réalisé pour le quotidien britannique The Guardian.

Selon le journal, cette vidéo de plus de 10 minutes a été filmée pendant six jours avant le second tour de l'élection présidentielle du 27 juin. L'auteur de ces images était alors gardien à la prison centrale de Harare mais a depuis fui le pays avec sa femme enceinte et leurs enfants pour une destination tenue secrète.

A l'origine, explique le The Guardian, il devait simplement faire une chronique de la vie quotidienne en prison et s'est retrouvé être le témoin d'une fraude électorale opérée par des partisans du Zanu-PF, le parti présidentiel.

Bulletins surveillés

Ce film publié sur notre site montre l'ex-gardien de prison et ses collègues en train de recevoir chacun à leur tour des mains d'un responsable de la prison une enveloppe contenant leur matériel électoral pour voter par correspondance.

Guidés par ce responsable qui surveille leurs faits et gestes, ils doivent donner leur numéro d'identification puis remplir leur bulletin de vote qui est ensuite plié et placé dans une enveloppe par leur chef.

«Je pensais pouvoir voter pendant qu'il ne regardait pas, mais il surveillait comme un faucon», déclare un homme qui porte l'uniforme kaki des gardiens. «Même s'il ne voit pas quand vous choisissez pour qui vous votez, il le voit nettement lorsqu'il plie le bulletin», déplore-t-il.

Violences

Robert Mugabe, le plus vieux des chefs d'Etat africains, 84 ans dont 28 au pouvoir, a été investi dimanche dernier pour un sixième mandat à la tête du Zimbabwe à l'issue d'un scrutin qualifié de «fraude» par l'opposition et l'Occident.

Arrivé largement en tête au premier tour de la présidentielle le 29 mars, l'opposant Morgan Tsvangirai s'était retiré de la course électorale en raison des violences contre ses partisans qui, selon lui, ont fait près de 103 morts, 10 000 blessés et 5000 disparus. (ats)

Ton opinion