Actualisé 04.04.2008 à 12:19

Zimbabwe: Mugabe sur la sellette après l'échec des législatives

Le président sortant zimbabwéen Robert Mugabe se bat pour survivre à la plus grave crise de ses 28 années de règne.

Il a perdu sa majorité au parlement pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir après l'indépendance.

L'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu- PF) de Robert Mugabe «est prête pour un second tour et nous sommes prêts pour la victoire qui va en résulter», a dit à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Bright Matonga.

«Le bureau politique se réunira demain pour discuter de l'issue des élections et examiner ce qui n'a pas marché», a de son côté ajouté un haut responsable de la Zanu-PF.

Les Etats-Unis ont critiqué jeudi les appels des proches du président zimbabwéen à organiser un second tour, évoquant la possibilité d'une «arnaque». Le président sud-africain Thabo Mbeki a lui appelé les Zimbabwéens à «accepter le résultat» des élections.

Alors que la commission des élections n'a encore publié aucun chiffre officiel pour le scrutin présidentiel, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), principale formation d'opposition, affirme que son dirigeant Morgan Tsvangirai a obtenu 50,3 % des voix, contre 43,8 % pour Robert Mugabe et appelle le chef de l'Etat zimbabwéen à reconnaître sa défaite.

Majorité parlementaire perdue

Selon les résultats définifs des élections à la chambre basse du Parlement, le MDC a obtenu 99 sièges, la Zanu-PF de Robert Mugabe 97 et une faction dissidente du MDC 10. Un candidat indépendant a aussi remporté un siège.

L'annonce des résultats des élections pour le Sénat, chambre haute du Parlement à fonction honorifique, a elle été reportée à une date indéterminée.

La politique radicale de Robert Mugabe est accusée d'avoir mis le pays, autrefois prospère, à genoux : inflation dépassant 100 000 %, monnaie dévalorisée, pénuries de nourriture et carburant, taux de chômage de 80 % et sida omniprésent.

Robert Mugabe est apparu en public jeudi pour la première fois depuis les élections générales de samedi à l'occasion d'une rencontre avec des observateurs de l'Union africaine (UA), selon des images de la télévision publique. Souriant, il n'a fait aucun commentaire.

Second tour

Le quotidien d'Etat «The Herald», a ouvert la voie dès mercredi à l'éventualité d'un second tour, enfonçant le clou jeudi: «si les suffrages à la présidentielle collent à peu près à ceux exprimés pour les députés (...) il est difficile d'imaginer qu'un des candidats puisse obtenir 50 % des voix plus une, le seuil nécessaire pour éviter un second tour».

Il serait surprenant que Robert Mugabe «s'abaisse à se présenter à un second tour face à celui qu'il taxe de laquais de l'Occident», estimait un diplomate européen. S'il va au second tour, «c'est qu'il entend gagner, quel qu'en soit le prix», ajoutait un autre.

Edgar Tekere, un ancien ministre de Robert Mugabe devenu l'un des critiques les plus féroces du président, craignait également que le chef de l'Etat ne recoure à des fraudes électorales. La Zanu- PF «a perdu le pouvoir, et Mugabe aussi, à moins qu'il n'essaie d'utiliser ses trucs habituels pour voler les élections», a-t-il dit.

Fébrile activité diplomatique

Alors que le gouvernement comme l'opposition ont nié tenir des négociations attestées de plusieurs sources, une fébrile activité diplomatique s'organisait sous bannière africaine.

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) tentait, selon des sources concordantes, de convaincre Robert Mugabe de se retirer dans la dignité. Un diplomate de la SADC a appelé à la mobilisation pour «éviter un scénario comme au Kenya», où des violences ont fait 1500 tués après l'élection contestée de décembre.

La police zimbabwéenne a elle arrêté en soirée deux reporters étrangers. «Ils font l'objet d'une enquête pour exercice (de leur métier) sans accréditation», a indiqué un porte-parole de la police nationale, Wayne Bvudzijena. Le «New York Times» a dit qu'un de ses journalistes, Barry Bearak, figure parmi les deux détenus.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!