Hockey sur glace - Zoug atteint son premier but
Publié

Hockey sur glaceZoug atteint son premier but

Une seule réussite a suffi à Grégory Hofmann pour mettre les joueurs de Suisse centrale en bonne position dans cette finale. La suite c’est mercredi à Genève.

par
Christian Maillard
(Zoug)
Comme ici devant Asselin, Genoni a dit non à toutes les tentatives genevoises.

Comme ici devant Asselin, Genoni a dit non à toutes les tentatives genevoises.

Eric Lafargue

C’est parti avec le générique de la guerre des étoiles avant de passer au soporifique hymne national, on est en finale. La vilaine Coupe jaune, si convoitée, était au milieu de la patinoire. Il faudra trouver les bons arguments pour la séduire. Sur cette glace, le rythme s’est ensuite accéléré avec des acteurs qui ont rapidement évacué les petits papillons logés dans les estomacs; tandis qu’une bonne quarantaine de fans zougois ont fait du bruit comme s’ils étaient cent fois plus. Il y a longtemps qu’on attendait ça, cette ambiance moins feutrée qu’avec des VIP qui tapent dans leur coupette de champagne, ça change!

À Genève, le secret avait été caché le plus longtemps possible. On est en play-off. Linus Omark, l’ancien Zougois, si précieux dans ces séries, n’était pas du voyage dans la patrie du Kirsch. L’artiste suédois est malade. Selon la version officielle, il s’agirait de problèmes gastriques, on assure que personne n’a attrapé le Covid au bout du lac.

C’est donc avec Guillaume Asselin que les Genevois ont démarré cette finale, la troisième de leur histoire après celles (perdues) de 2008 et de 2010. Le Québécois du HC Sierre, qui avait déjà disputé quatre matches avec les Grenat, a vite retrouvé ses automatismes entre Daniel Winnik et Mathieu Vouillamoz. Comme lorsqu’il avait marqué ses six buts, contre Zurich, Fribourg, Lausanne et Ambri, mais avec moins de réussite cette fois-ci, on était en finale avec des défenses resserrées. C’était Fort Knox des deux côtés.

But en début de deuxième période

Le premier tiers, joué avec une belle intensité, a permis de confirmer toutes les prédictions avant cette confrontation entre la meilleure équipe de la saison régulière et celle qui avait fait la plus grosse impression durant ces play-off. Un véritable choc au sommet, âpre et disputé, comme on les aime avec, pour commencer, une grosse charge de Jan Kovar sur Henrik Tömmernes pour l’intimider et donner le ton avant. Ce avant que les visiteurs ne se pointent sans complexe devant la cage de Genoni. Si Daniel Winnik et Guillaume Asselin ont été proches d’ouvrir le score, deux pénalités successives infligées à Vouillamoz et Le Coultre ont permis aux Zougois de reprendre les commandes et d’évoluer durant 1’52’’ à 5 contre trois. Mais les Grenat, qui se sont couchés sur tous les pucks, ont tenu bon.

C’est au début de la seconde période que le Taureau a lancé sa corrida, avec un but tombé très tôt (20’’31) concocté par les deux artificiers de la Bossard Arena: l’impressionnant Jan Kovar pour la passe et Grégory Hofmann à la réalisation. Daniel Manzato, masqué, n’a pu que tirer sa révérence.

Les Aigles ont alors bénéficié de deux situations spéciales (24e et 37e) pour revenir mais il aurait fallu mettre plus de trafic devant un Genoni imperturbable devant son filet. Il fallait se montrer patient.

Mais si Genève a attendu une faille de ces Zougois, une erreur de leur portier, elle n’est jamais venue. Si Simon Le Coultre a failli tromper ce portier trois étoiles alors qu’il sortait du cachot (48e), ce sera tout. Pas assez pour des Servettiens qui ont encore tenté le tout pour le tout en sortant leur gardien (58’’15), en vain. Les Aigles sont tombés de leur nuage après avoir remporté sept victoires d’affilée. Mais là, on l’a dit, on est en finale. La suite c’est mercredi, 19 heures, à Genève

Zoug - GE Servette 1-0 (0-0 1-0 0-0)

Bossard Arena. 50 spectateurs. Arbitres: MM. Stricker et Stolc; Progin/Steenstra.

But: 21e (20’21) Hofmann (Kovar) 1-0.

Zoug: Genoni; Diaz, Geisser; Zgraggen, Alatalo; Schlumpf, Stadler; Gross; Simion, Kovar, Hofmann; Martschini, Shore, Abdelkader; Klingberg, Albrecht, Zehnder; Leuenberger, Senteler, Bachhofner; Langenegger. Entraîneur: D. Tangnes

Genève-Servette: Manzato; Jacquemet, Tömmernes; Karrer, Le Coultre; Guebey, Völlmin; M. Montandon, Rod, Richard, Vermin; Asselin, Winnik, Vouillamoz; Moy, Fehr, Miranda; A. Montandon, Kast, Berthon; Patry. Entraîneur: P. Emond.

Notes: Zoug sans Wüthrich, Nussbaumer (blessés), Cadonau, Thürkauf, Thorell (surnuméraires). GE Servette sans Mercier, Descloux, Maurer (blessés), Omark (malade), Smirnovs, Riat, Fritsche (surnuméraires). 17e tir sur le poteau de Diaz. De 58’15 à la fin du match Genève sans gardien. 59e temps mort GE Servette.

Pénalités: 2x2’ contre Zoug. 4x2’ contre Genève.

Ton opinion