Actualisé 21.12.2016 à 10:27

Facebook

«Zuck» dévoile Jarvis dans une vidéo étrange

Le patron de Facebook a montré, en action à son domicile, le nouvel assistant virtuel qu'il a développé.

de
man

«Par certains côtés, ce défi a été plus simple à relever que ce à quoi je m'attendais», a expliqué lundi Mark Zuckerberg dans un message sur sa page Facebook, en présentant son nouveau «majordome virtuel» baptisé Jarvis. «En fait, mon autre pari qui était de courir 365 miles (près de 590 kilomètres, ndlr) en 2016, m'aura pris davantage de temps au total».

Le patron du réseau social qui a pris en main personnellement le projet, a travaillé environ une centaine d'heures à la mise au point de ce système doté d'intelligence artificielle et inspiré de l'assistant virtuel «Jarvis» qui aide le héros du film «Iron Man» à gérer sa maison.

Le milliardaire de 32 ans assure pouvoir parler à «Jarvis» grâce à son téléphone ou son ordinateur et ainsi contrôler les lumières, la température, la programmation musicale ou la sécurité de sa maison, parmi d'autres fonctionnalités.

Vidéo de démo étrange

C'est aussi à travers une vidéo (à voir ci-dessus) montrant des scènes plutôt bizarres, que l'intelligence artificielle dotée de la voix de l'acteur Morgan Freeman a été présentée. On y voit par exemple le patron de Facebook lancer un «Hell yeah» en attrapant l'un de ses t-shirts gris tiré par un canon, manger un toast sans aucune garniture, complimenter le mandarin de Jarvis en le qualifiant d'«apaisant» ou encore faire une blague démodée sur le groupe de musique Nickelback...

Système d'apprentissage

Au fur et à mesure, le logiciel apprend ses goûts et habitudes, de nouveaux mots et concepts, et il peut même distraire sa petite fille Max, âgée d'un an.

«Jarvis» a été créé pour comprendre lorsqu'on lui parle et peut reconnaître des visages. Il peut déterminer si un invité qui sonne à la porte est attendu et le cas échéant le laisser entrer, avertissant la famille que quelqu'un est arrivé, selon les explications de Mark Zuckerberg.

Réseau d'objets connectés

«Un aspect plus compliqué que je ne le pensais a été simplement de pouvoir le connecter et le faire communiquer avec tous les différents systèmes de ma maison», poursuit-il. «La plupart des appareils électroménagers ne sont même pas encore connectés à internet».

Pour fonctionner, «Jarvis» aura besoin d'appareils non seulement connectés à internet mais qui fonctionnent avec des systèmes standards équivalents, note encore Mark Zuckerberg, qui pour ce projet est retourné à ses premières amours en replongeant dans le codage informatique.

Le jeune entrepreneur avoue davantage envoyer des messages textes à «Jarvis» plutôt que de l'interpeller par oral, notamment parce qu'il ne veut pas déranger son entourage.

Intelligence artificielle en plein essor

Il prévoit de continuer à améliorer son majordome, plus convaincu que jamais que les technologies d'intelligence artificielle vont exploser dans les cinq à dix prochaines années. «Sur le long terme, j'aimerais arriver à ce que Jarvis apprenne par lui-même de nouvelles compétences», espère-t-il.

Les grands groupes technologiques sont lancés dans une course à l'intelligence artificielle. Pour le grand public, elle prend surtout aujourd'hui le visage (ou plutôt la voix) d'un assistant virtuel intégré aux smartphones et à un nombre croissant d'autres produits. (man/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!